Virus

Articles (sans les pages) relatifs aux virus

Nouvelle vidéo du Dr Rath sur le « virus »

Bonjour les amis,

Voici ce que je suis motivé à faire, et ce pourquoi j’aimerais être soutenu financièrement pour passer plus de temps à le faire : trouver et traduire des informations très importantes qui sont inconnues du public francophone, et même souvent du public anglophone lui-même. 

Des informations qui nous apportent des solutions pour se protéger et se guérir de fléaux qui mettent notre vie et notre santé en danger, et dont les gens au pouvoir nous cachent l’existence. 

Si vous trouvez aussi cela utile pour vous ou pour la société, achetez mes livres et faites-les connaître autour de vous, c’est ainsi que vous pourrez facilement me supporter, et participer à la diffusion de ces informations vitales.

Je vous tiens au courant dès qu’il publie le cocktail de micronutriments qu’ils ont trouvé, qui permet de lutter contre les virus.

Bien à vous, David

Nouvelle vidéo du Dr Rath, traduite par David Giquello

Dans cette vidéo, le Dr Rath a résumé et expliqué les principaux messages de notre campagne «Votez pour la raison». Cette vidéo relativement courte de 10 minutes décrit dans un langage compréhensible l’état de nos recherches, la comparaison de l’approche des micronutriments et de la stratégie de vaccination et les objectifs que nous pouvons atteindre ensemble. Pour soutenir la campagne “Votez pour la raison » et écrire à vos politiciens

dirigeants, visitez le site Web : https://voteforreason.com 

Cliquez pour voir cette vidéo

Bonjour, je m’appelle Dr Rath.

Il y a 30 ans, j’ai travaillé avec un double lauréat du prix Nobel, Linus Pauling. Le Dr Pauling était l’un des scientifiques les plus influents du 20e siècle.

Ses découvertes comprenaient les principes fondamentaux de l’immunologie, la structure de base des protéines et la première maladie génétique connue, la drépanocytose.

Dans ses dernières années, le Dr Pauling a étudié le rôle des micronutriments dans la lutte contre les maladies virales, y compris la grippe et le virus de l’immunodéficience, le VIH.

Peu de temps avant sa mort, Linus Pauling m’a demandé de poursuivre son travail de pionnier dans la recherche sur les vitamines et, si nécessaire, de le défendre contre toutes les attaques.

Et il y a eu de nombreuses attaques contre l’importance toujours croissante des micronutriments dans tous les domaines de la médecine. La principale raison de cette résistance était que ces substances naturelles ne peuvent être brevetées et sont donc indésirables, voire une menace pour l’industrie de l’investissement, dont le modèle économique de plusieurs milliards de dollars est basé sur la vente de médicaments synthétiques brevetés, l’industrie pharmaceutique. Le modèle économique peu scrupuleux et l’histoire oppressante de ce secteur de l’investissement sont décrits dans une vidéo séparée.

Après la mort de Linus Pauling, j’ai fondé mon propre institut de recherche avec ma collègue, la Dre Aleksandra Niedzwiecki, qui est l’un des principaux instituts de recherche scientifique en santé naturelle depuis plus de deux décennies. Notre recherche a élargi les connaissances sur le rôle crucial des micronutriments contre diverses maladies, y compris la défense contre les infections virales.

Avec le début de la pandémie de virus l’année dernière, j’ai adressé une lettre ouverte aux peuples et aux gouvernements du monde sur l’importance des micronutriments dans la lutte contre les maladies virales. Ma lettre contenait également l’avertissement que cette pandémie serait abusée par l’industrie pharmaceutique et ses lobbyistes en médecine, dans les médias et en politique pour renforcer la crédibilité de l’industrie pharmaceutique perdue auprès de la population. Ma lettre ouverte de mars 2020 a été lue des milliers de fois dans le monde et a contribué à la résistance croissante contre ces restrictions imposées par les gouvernements dans de nombreux pays. 

En tant que scientifiques, nous avons estimé que nous devions prouver aux peuples du monde que les micronutriments renforcent non seulement le système immunitaire, mais sont également efficaces contre le “virus” même qui a causé la pandémie.

Après près d’un an de recherches intensives, il est maintenant prouvé scientifiquement qu’une combinaison spécifique de micronutriments peut inhiber tous les mécanismes clés des infections à coronavirus. 

  • Celles-ci incluent, tout d’abord, l’inhibition de la production des ports d’entrée cellulaires essentiels aux infections à coronavirus, les récepteurs dits ACE2.
  • Deuxièmement, l’inhibition de la liaison du virus à ces récepteurs de surface cellulaire.
  • Troisièmement, l’inhibition de l’infiltration virale, l’entrée dans la cellule, qui est le début de l’infection,
  • et enfin l’inhibition des enzymes, les bio-catalyseurs à l’intérieur de la cellule qui sont responsables de la réplication, de la multiplication du virus.

Nous présenterons les détails de ces résultats de recherche dans une vidéo séparée. L’importance de ces résultats de recherche pour le contrôle ultime de la pandémie du “virus” est si évidente qu’un étudiant de 14 ans peut facilement la comprendre.

En principe, chaque vaccin cible un seul sous-type de virus, un variant viral. Chaque mutation nécessite potentiellement le développement d’un nouveau vaccin distinct, avec des mois de tests d’efficacité et d’innocuité. Le “virus” est un virus à mutation exceptionnellement rapide, et le nombre de mutations se multipliera à l’avenir.

04:35 L’image de gauche montre le problème d’une stratégie pandémique basée uniquement sur les vaccins. Les vaccins actuellement administrés dans le monde ont tous été développés contre le variant du “virus” originaire de Chine. Leur efficacité contre les mutations nouvellement émergentes du Royaume-Uni, du Brésil, de l’Afrique du Sud et d’autres régions du monde est entièrement incertaine et pour certains vaccins même scientifiquement réfutée.

Par conséquent, une stratégie de lutte contre la pandémie du “virus” basée uniquement sur les vaccins est, naturellement pour tout le monde, vouée à l’échec. Notre approche scientifique montre le seul moyen de sortir du dilemme consistant à essayer de contenir une pandémie avec de nombreuses mutations virales.

Notre recherche ne se concentre pas sur le blocage d’un seul variant ou mutation, mais sur une stratégie qui arme les cellules humaines contre les attaques de tous les variants et mutations. Tous les variants et mutations utilisent les mêmes ports d’entrée pour infecter les cellules humaines, les récepteurs sur la surface cellulaire mentionnés précédemment. Si nous pouvons inhiber la production de ces points d’entrée à la surface cellulaire, il devient plus difficile voire impossible pour toutes les mutations de coronavirus d’entrer dans la cellule pour l’infecter.

06h00 Nous avons réussi à démontrer précisément cela, comme vous pouvez le voir sur le côté droit.

L’importance de ces résultats de recherche ne peut être surestimée, notamment au regard de la menace posée par chaque nouvelle mutation de coronavirus. Avec ces nouvelles découvertes, l’humanité a pour la première fois une alternative scientifiquement fondée aux vaccins qui sont associés à des risques totalement inconnus.

Suite à ces constatations, vitales pour des millions de personnes, je n’ai pas hésité un instant à informer les dirigeants de nombreux pays par courrier électronique et par courrier. Aucun de ces dirigeants politiques ne devrait pouvoir dire à l’avenir « je ne savais pas ». Nous savons tous que les politiciens n’envisageront souvent de nouvelles décisions que s’ils ont le sentiment que leur peuple, en fin de compte leurs électeurs, les soutiennent.

Ceci, bien sûr, s’applique en particulier aux décideurs politiques des principaux pays exportateurs de produits pharmaceutiques au monde tels que l’Allemagne, la France et certains autres pays européens, et bien sûr, les États-Unis. Dans ces pays, les politiciens n’accèdent généralement au pouvoir que lorsqu’ils représentent les intérêts de ces groupes d’affaires. Dans ces pays, il s’agit de rendre les besoins du peuple et la voix de la raison, votre voix de la raison, si clairement qu’ils l’emportent sur les intérêts commerciaux pharmaceutiques d’un milliard de dollars, les intérêts financiers des entreprises malades.

Par conséquent, ce site Web vise à vous informer, les peuples du monde, peu importe où vous vivez, que j’ai officiellement informé vos dirigeants politiques de cette extension, ou devrais-je dire alternative, aux campagnes de vaccination douteuses. Leur mise en œuvre dans votre pays dépend désormais essentiellement de vous. Je lutte contre les intérêts commerciaux sans scrupules de l’industrie pharmaceutique depuis plus de 30 ans.

Ce à quoi l’humanité est témoin ces jours-ci, c’est une tentative de l’industrie de l’investissement de plusieurs milliards de dollars pour assurer la poursuite de son modèle économique sans scrupules à l’ombre de la pandémie de coronavirus. Compte tenu de l’explosion des connaissances sur l’importance des vitamines et de la supériorité prévisible des substances naturelles à base scientifique dans tout le domaine de la médecine, le modèle commercial pharmaceutique sera bientôt considéré comme obsolète. Il est prévisible que la pérennité de cette activité d’un milliard de dollars ne pourra alors être appliquée que contre les intérêts d’une large partie de la population.

L’outil le plus efficace dont dispose l’humanité pour éliminer cette menace est de se familiariser le plus possible avec la connaissance de l’importance des substances naturelles, des vitamines et des micronutriments pour la santé humaine. Assurez-vous que ces connaissances sont utilisées bien au-delà de la pandémie de coronavirus pour construire un système de soins de santé préventifs.

Je vous invite à profiter des découvertes révolutionnaires de la recherche sur les micronutriments et des arguments présentés sur ce site. Rejoignez-nous pour aider à mettre fin définitivement à la pandémie actuelle de coronavirus grâce à l’utilisation généralisée de micronutriments. Aidez à prévenir de futures pandémies de manière efficace et sûre et travaillez à la mise en place de soins de santé axés sur la prévention dans votre pays. Faites-le pour vous-même, faites-le pour vos enfants et petits-enfants et pour toutes les générations futures.

Fin de la vidéo.

Traduction importante par rapport au virus

Bonjour les amis,

Cette publication édifiante de l’OMNS, une association regroupant des dizaines de médecins du monde entier, m’a parue importante pour celles et ceux qui ne prennent pas encore de grosses doses de vitamine C au quotidien.

La vitamine C est nécessaire pour la fabrication du collagène, qui est la colle de la plupart de nos organes, comme la peau ou les os, ou le fascias qui est la membrane qui enveloppe et maintien en place les fibres musculaires. C’est aussi essentiel dans la structure de nos poumons qui sont endommagés par ce virus.

J’ai retiré le nom du virus pour éviter la censure automatique immédiate, et je l’ai remplacé simplement par « virus ». Je vous rappelle aussi que la vitamine C liposomale de bonne qualité, comme celle de SANUS-Q, est considérée par les médecins comme plus efficace que les injections intraveineuses.

C’est une traduction à faire passer au fameux Pr de Marseille et à tous les médecins qui luttent honnêtement contre ce « virus » !!!

Cet article peut être réimprimé gratuitement à condition 1) qu’il y ait une attribution claire au service de nouvelles de médecine orthomoléculaire, et 2) que le lien d’abonnement gratuit OMNS http://orthomolecular.org/subscribe.html et le lien d’archive OMNS http://orthomolecular.org/resources/omns/index.shtml sont inclus.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Service de nouvelles sur la médecine orthomoléculaire, 13 Octobre, 2020

original ici http://orthomolecular.org/resources/omns/v16n50.shtml

La vitamine C réduit les décès par « virus » de deux tiers (-75%)

Commentaire de Patrick Holford

(OMNS 13 octobre 2020) Le premier essai randomisé contrôlé par placebo au monde conçu pour tester la vitamine C intraveineuse à haute dose pour le traitement du « virus » a réduit la mortalité des patients les plus gravement malades de deux tiers. [1]

Historique mondial des grandes infections respiratoires

Voici la liste des grandes infections respiratoires qui ont eu lieu dans notre passé, et les virus qui en sont responsables. Contenu extrait de cette vidéo du mondialement célèbre Institut Hospitalier Universitaire de Marseille, spécialisé dans les maladies infectieuses.

Si la vidéo ne s’affiche pas, le lien est ici https://youtu.be/JdU1tzMu6xQ

Par le Pr. Pierre-Edouard Fournier, de l’IHU Méditerranée Infection. Il est chef d’équipes au service de Surveillance épidémiologique et moléculaire des maladies infectieuses.

Equipe 6 UMR D 257 Vecteurs – Infections  Tropicales et Méditerranéennes (VITROME)
Aix-Marseille Université (AMU), Institut de Recherche pour le Développement (IRD) – Service de Santé des Armées (SSA). Page officielle ici https://www.mediterranee-infection.com/pr-pierre-edouard-fournier-md-phd/

Début du résumé de la vidéo : C’est l’épidémie COVID de cette année 2020 qui les a poussé à s’intéresser à ces infections, notamment pour voir dans quelle mesure on pouvait les prédire.

Cette vidéo concerne la partie sur les infections virales en zones tempérées. Les infections virales dans les zones tropicales et les infections bactériennes seront traitées dans deux autres conférences.

L’étude des infections respiratoires n’est pas nouvelle, puisque Hippocrate, il y a presque 2500 ans, avait écrit un livre dédié aux épidémies, dans lequel il décrivait déjà très bien des épidémies hivernales de maladies respiratoires.

Il n’avait pas la capacité à déterminer quel type d’infection c’était, mais il avait constaté l’existence de ces épisodes qui se produisaient régulièrement.

Donc pour résumer grossièrement, en hiver nous avons la Grippe et les Coronavirus humains, le VRS (Virus Respiratoire Syncytial), et nous avons les Parainfluenza (HPIV), qui ont chacun une période spécifique. Le Métapneumovirus (MPV) qui est plus ou moins toute l’année mais plutôt l’hiver. Les Rhinovirus qui sont complètement imprévisibles, et puis les autres Entérovirus qui sont des maladies estivales.

Il prend ensuite l’exemple de la grippe à Marseille, qui montre bien un pic marqué chaque hiver, souvent entre novembre et avril, et se décalant maintenant vers la période de décembre à mai. Mais chaque hiver est différent, c’est soit la grippe A ou la B, soit un pic élevé ou moins important, ce qui les empêche de pouvoir prédire, d’une année sur l’autre, ce qui va se passer, si ce n’est qu’il va y avoir une grippe.

Donc le modèle pour les zones tempérées, c’est une épidémie en cloche, qui se produit l’hiver dans l’hémisphère nord,et à l’opposé du calendrier dans le sud. Il en va de même pour le VRS, et presque en même temps que la grippe.

02 mn 50 : Sur les coronavirus saisonniers. C’est plus compliqué que la grippe, surtout dans certaines zones de la Chine, mais en gros ce sont aussi des épidémies en cloche qui peuvent se produire entre novembre et mai, quel que soit le coronavirus.

Données pour Marseille, Pr. Pierre-Edouard Fournier, IHU Méditerranée Infection.

Donc à Marseille cela commence souvent par l’épidémie de VRS, puis une des grippes, mêlée avec du MPV chaque année, et le Rhinovirus qui est complètement indépendant et survient toute l’année de façon imprévisible.

04 mn 00 : Commence la partie difficile, sur les pandémies, puisqu’elles ne sont pas du tout prévisibles, connues depuis l’antiquité, certaines appelées à tort « Pestes », et ensuite grippes.

  1. Pandémie de grippe Russe de 1890, de type H2N2
  2. Pandémie de grippe Russe de 1900, de type H3N2
  3. Grippe espagnole de 1918-19, de type H1N1
  4. Grippe asiatique de 1957-58, de type H2N2
  5. Grippe de Hong-Kong de 1968-70, de type H3N2
  6. SARS-CoV-1 de 2002-2003, de type Betacoronavirus
  7. Grippe mexicaine de 2009-2010, de type H1N1
  8. MERS-CoV de 2013-14, de type Betacoronavirus
  9. SARS-CoV-2 de 2019-??, de type Betacoronavirus

Cet IHU a fait 367 000 tests pour 265 000 personnes, au 18 novembre 2020, desquelles presque 24 000 cas ont été diagnostiquées positives, et sur les 11 169 patients hospitalisés, 344 sont décédés.

(Remarque de David : cela fait donc 1 décès pour 770 testés, ou 1 décès pour 70 positifs = 1,4% de mortalité chez les positifs, ou 1 décès pour 32 hospitalisés = 3% de mortalité chez les hospitalisés)

Ensuite il cite des statistiques d’un institut américain qui a étudié ces virus et leur persistance au fil des ans, et donc :

  • Le H1N1 de la grippe espagnole a disparu autour de 1940 et est réapparu en 2009.
  • Le H2N2 de la grippe asiatique a diminué durant la période 1957-67 et n’est jamais réapparu.
  • Le H3N2 de la grippe de Hong-Kong n’a jamais disparu.

Cela rend donc toute prédiction très compliquée, et il est donc impossible aujourd’hui de savoir ce que va devenir le SARS-CoV-2 !

Fin de mon résumé de cette vidéo.

Pour les personnes intéressées par la capacité du biocide Dioxyde de Chlore à désactiver ces virus ou à détruire les infections bactériennes qui y sont souvent associées, j’ai traduit les résumés et conclusions ICI de dizaines de publications anglophones présentes sur PubMed.

Ces études montrent une efficacité bien connue du ClO2 (dioxyde de chlore) contre, notamment, les virus SARS-CoV-1 de 2003, contre ceux des grippes humaines, porcines et aviaires, mais aussi du VIH-1, de la polio, de l’herpès, de la rougeole et j’en passe, ainsi que contre de nombreux virus de nos 30 millions d’amis !

Le ClO2 y est aussi montré efficace, notamment, contre la bactérie E-Coli, le staphylocoque doré, la salmonelle, la tuberculose et le biofilm bactérien en général, ce qui est extrêmement important. Mais le ClO2 est aussi efficace, comme ces études le montrent, contre les levures, et les parasites.

Rappel : le ClO2 (dioxyde de chlore) et l’Ascorbate (vitamine C) ont des moyens d’action opposés, et s’annulent donc si ils se rencontrent. Le ClO2 oxyde et donc tout antioxydant, comme la vitamine C, le neutralisera. Il faut donc choisir entre les deux, ou alterner avec plusieurs heures de séparation. (Selon le Dr Klenner, la vitamine C peut agir comme oxydant et antioxydant mais en général c’est deux produits se neutralisent mutuellement).

Et pour les personnes intéressées par la capacité de l’ascorbate à combattre ces virus et bactéries, il faut se référer aux travaux des Docteurs Frederick Klenner ICI, ou Thomas Levy ICI, et bientôt sur une nouvelle page dédiée aux études montrant les effets spécifiques à chaque pathogène.

Plus d’infos pour traiter le virus avec la vitamine C

Bonjour les amis,

… / …

Profitez-en pour téléphoner ou visiophoner à des personnes dont vous n’aviez plus de nouvelles depuis longtemps, pour savoir comment ils vont et les soutenir psychologiquement ou financièrement si nécessaire. En cherchant on trouve toujours quelqu’un en plus mauvaise posture que soi, et cela nous donne l’occasion d’aider, une action toujours source de joie intérieure.

Bien sûr profitons de cette heure quotidienne pour faire de l’exercice physique, car comme vous avez pu le lire dans mon livre, c’est un des piliers de la bonne santé.

Pour celles et ceux qui n’ont pas lu mon livre, je vous conseille de le faire, il est gratuit à télécharger ici, et il coûte environ 20 euros en le commandant ici chez Bookelis ou ici un peu moins cher sur Amazon car les frais d’envoi y sont moins élevés.

INFO importante : Le professeur Raoult a saisi cet avocat spécialisé pour porter plainte contre l’interdiction de l’hydroxy-truc 👍👍👍 Alors que l’IHU de Marseille a le taux de mortalité le plus bas de France, avec moins de 0,5%, le gouvernement vient de leur interdire la fourniture du médicament qui fonctionne, l’hydroxy-truc !

Un scandale criminel dont la justice indépendante rendra compte je l’espère !

Vidéo à voir … / …

Service de nouvelles sur la médecine orthomoléculaire, 20 Octobre, 2020

original ici en PDF http://www.orthomolecular.org/resources/omns/fra/v16n51-fra.pdf

L’ignorance médicale et le génocide de patients atteints de « virus »

Commentaire de W. Gifford-Jones, Médecin

(OMNS 20 oct. 2020) Soignant les malades, Hippocrate, le Père de la médecine, conseillait : « En premier lieu, ne pas nuire ». Malheureusement, ce principe très cher n’a pas été suivi dans les soins aux patients atteints d’une infection à « virus ». Perdre un être cher à cause d’un cancer ou d’une autre maladie est toujours tragique. Mais en perdre un à cause de la « crise de virus », alors qu’elle aurait pu être évitée, est un acte impardonnable qui entraîne le meurtre en masse de vies innocentes. Cela s’est produit en raison de l’ignorance de l’histoire, de l’hypocrisie, du manque de formation des médecins en matière de médecine alternative et de la fermeture d’esprit quant aux bienfaits médicaux vitaux de fortes doses de vitamine C administrées par voie intraveineuse (IVC).

… / …

Ce qui est choquant, c’est que pas un seul médecin hygiéniste n’a répondu que l’IVC était prescrite à ceux qui mouraient d’une infection par un « virus ».

Une autre surprise a été la réaction de Johns Hopkins, l’un des grands hôpitaux du monde. Ses éminents professeurs ont été les premiers à introduire auprès leurs étudiants, la valeur d’apprendre au chevet du malade. Pendant cette « crise de virus », ils étaient considérés comme l’autorité en matière de déclaration du nombre de décès dus aux « virus ». J’ai donc été choqué de recevoir cette réponse : « Nous ne menons pas d’essais cliniques et nous n’administrons pas de C comme traitement pour le « virus » ». Et même la faculté de médecine de Harvard, où j’ai passé tant d’années en tant qu’étudiant et plus tard en tant que chirurgien, ne m’a jamais répondu.

Qu’est-ce qui va se passer ? C’est que l’étude chinoise ne parviendra probablement pas à mettre fin à la controverse et que les patients continueront à mourir inutilement de ce virus. J’espérais qu’un expert en infectiologie, ou un médecin hygiéniste, aurait la curiosité intellectuelle de demander : « Je me demande si des doses élevées d’IVC ne pourraient pas sauver des vies ? » Il est tragique que cela ne se soit pas produit. Certains qualifieraient cela d’ignorance médicale, d’autres de faute professionnelle, ou si un être cher est mort comme un meurtre, et finalement un tribunal examinant tous les faits déciderait qu’il s’agisse d’un meurtre de masse.

… / …

Triple coïncidence, virus /Pompiers/Dr Kalcker

Bonjour les amis,

Un petit message important concernant le virus actuel !

Une triple coïncidence m’a motivé à vous écrire au plus vite. D’une part j’avais vue la vidéo récente de l’IHU de Marseille qui stipulait que nous devrions tester les gens en prenant leur taux d’oxygène dans le sang, ce qui se fait avec un simple Oxymètre à 30 euros, et qui prend 20 secondes.

Hors il se trouve que j’ai rencontré lundi un proche dont le fils est Pompier de Paris, et qui m’a dit que depuis le mois de mars 2020 les pompiers utilisent ce taux d’oxygène dans le sang, la saturation oxygène, pour décider très rapidement si un patient est suspecté contaminé « virus actuel » ou pas. Et donc en quelques secondes ce résultat déclenche ou pas leur mise en combinaison spéciale et évacuation sanitaire en urgence. Les pompiers sont des héros !

Cela faisait donc 2 coïncidences sur ce sujet, dont j’avais déjà entendu parler le « Dr Marseillais », sur le fait que l’hypoxie, ou le manque d’oxygénation est un signe fort de la contamination éventuelle. Alors on se demande pourquoi personne, à part les pompiers, n’en a entendu parler, et surtout pourquoi ces Oxymètres ne sont pas recommandés par le gouvernement pour tester sa propre santé en général, en tant que sportif ou juste particulier, et surtout dans cette crise sanitaire actuelle ?

Moi j’utilise un oxymètre depuis de nombreuses années, lorsque je vivais en Thaïlande c;est courant là-bas, et d’en d’autres pays aussi, où le ministère de la santé et ses cotisations obligatoires ne sont pas aussi lourds et présents dans la vie des gens, et où chacun est plus responsable de sa propre santé, et se repose moins sur un Etat paternaliste…

Bref, l’oxymètre est un objet utilisé dans de nombreux pays du monde, mais pas en France, allez savoir pourquoi ? L’IHU recommande donc d’aller immédiatement à l’hôpital si votre taux d’oxygène est inférieur à 95%. Je savais qu’à moins de 95% ont est considéré comme presque mort, vu qu’en dessous de 97% on est déjà inquiet ou malade. Par contre après une journée ou deux de jeûne il peut m’arriver que mon taux passe sous les 95, mais c’est un cas à part, c’est volontaire.

J’ai moi-même souvent 99% et une fois je suis allé dans un grand hôpital pour un check-up, à Bangkok, et l’infirmière m’a regardé avec stupéfaction quand l’oxymètre, ils utilisent les mêmes quùon trouve dans le commerce, a montré 100% de saturation en oxygène ! Et oui, je venais de marcher 1 heure dans les rues, et je prenais du NAD+ ainsi que des mégadoses de vitamine C au quotidien, donc malgré mes cheveux gris, mon âge cellulaire est beaucoup plus jeune, ce à quoi elle ne s’attendait pas.

Revenons à la raison de cet article, qui est le fait que j’ai été inspiré récemment de faire une page sur Andreas Kalcker, un des chercheurs qui se consacre au Dioxyde de Chlore. et donc hier en faisant des traductions, j’ai découvert qu’il avait essayé le ClO2 contre le « virus actuel » et annonçait depuis le mois de mars 2020, que les gens ne mourraient pas de fibrose pulmonaire, mais de manque d’oxygène dans le sang !!!

Et voilà, la troisième coïncidence en 3 jours sur le fait que les patients du « virus actuel » manquent d’oxygène, et que le ClO2 est une solution !

Je ne pouvais pas laisser passer cela, et c’est pourquoi je vous écris maintenant, en espérant faire bouger les choses et en passant les bonnes infos, et peut-être cela sauvera encore quelques vies de plus. Si vous connaissez le « Pr Marseillais » faites-lui passer ce message, le ClO2 semble encore plus efficace que les mégadoses de vitamine C ou les médicaments qu’il utilise déjà.

Andreas Kalcker participe à des essais du ClO2 dans plusieurs hôpitaux, dont certains de l’armée, dans plusieurs pays, et l’IHU pourrait les rejoindre, voir dans ma traduction de sa vidéo sur la page dédiée, voir lien plus bas.

Depuis plusieurs vidéos de l’IHU ils expliquaient qu’ils avaient trouvé qu’ils pouvaient sauver pas mal de vies en mettant simplement les patients sous fortes inhalation d’oxygène, et que cela ne nécessitait donc pas d’hospitalisation en réanimation, ce qui évidemment n’intéresse pas le conseil scientifique des collabos-pharnaceutiques…

Donc voici les vidéos :

Une des vidéos de l’IHU qui explique que la suroxygénation est une solution :

La vidéo de l’IHU qui explique qu’on peut diagnostiquer rapidement, comme le font les pompiers, avec un oxymètre, et qui fut ma première coïncidence :

Et pour finir la vidéo en Anglais, qui montre la réoxygénation incroyable que produit l’apport d’un peu de ClO2 dans le sang stagnant , déjà vue 45 000 fois sur cette plateforme alternative, car censurée sur YouTrube :

https://open.lbry.com/@Kalcker:7/Why-ClO2-works-against-covid-19:2

Et en plus vous pouvez voir les traductions sur le travail d’Andreas Kalcker, que j’ai finies hier, et mises sur cette page dédiée :

Retour haut de page