Fermier sauvé, et vit C pour les animaux

Riche fermier sauvé par la vitamine C liposomique !

Reportage de la télé nationale de Nouvelle Zélande sur le cas d’Alan Smith, que les docteurs voulaient « débrancher », et qui est aujourd’hui en pleine forme grâce à des méga-doses de vitamine C.

vid-alan-smith-sauve-par-vitamine-c-lypospherique-01


Lien vers la vidéo originale en Anglais

Transcription et traduction par JT, Mai 2011 :

La transcription complète est prévue pour bientôt, voici pour l’instant un résumé en images :

C’est le cas très médiatisé d’un riche fermier new-zélandais sauvé de la mort par la vitamine C.

Le Présentateur:
C’est l’histoire d’un homme, un producteur laitier, qui est revenu de chez les morts.
Les docteurs voulaient débrancher les systèmes de maintient en vie.
Mais sa famille refusait d’abandonner.

Ils ont demandé à l’hôpital d’essayer des hautes doses de vitamine C.

Et bien comme Mélanie Ribu va vous montrer, cela a tourné en bagarre, car les spécialistes ne croyaient pas qu’un tel traitement puisse fonctionner.

Mais ce qu’on peut dire c’est que le fermier n’est plus à la porte de la mort. Et comme sa famille le revendique, il est une preuve vivante.

(00.35) La journaliste : Ceci est le fermier Alan Smith, dans l’unité de maintient en vie, juste avant que les docteurs ne disent à sa famille que les instruments de maintient en vie allaient être éteints, et qu’il allait être permis de mourir.

(00.50) Sa femme : Je le regardais et il semblait sans espoir, il ne donnait plus un signe de vie.

Journaliste : La femme, Sonnia et le fils se rappellent de ce qu’on leur avait dit. « Tout était fini ».

Sa femme : Il était sans mots et allongé là, comme mort, alors qu’il avait toujours été celui sur qui on pouvait compter.

(01.20) Journaliste : Sonnia et Alan se sont mariés quand ils avaient 17 ans. Ils ont 3 enfants, et le 9 ème petit enfant était en bonne voie quand Allan a eu un cas sévère de grippe porcine.

Sa femme : Ils ne pouvaient pas nous aider en quoi que ce soit. La question était « qu’allons nous faire ? » Et il avait 56 ans.

Journaliste : Retour à l’arrière de la maison (avion atterrit), Alan revient d’un contrôle aérien de sa ferme.
On l’appelle l’homme miraculé. (échange de politesses entre Alan et la journaliste)

Journaliste : la survie d’Alan Smith a été décrite comme un des cas les plus remarquables, et son retour à la pleine santé un des plus controversés dans l’histoire médicale de la Nouvelle-Zélande.
Vous avez de la chance d’être en vie.

Alan : Je suis très chanceux …

vid-alan-smith-sauve-par-vitamine-c-lypospherique-02

Avant la vitamine C, les docteurs voulaient le « débrancher »;
Sa grippe porcine avait dégénérée en leucémie fatale …

vid-alan-smith-sauve-par-vitamine-c-lypospherique-05

Comparaison de ses poumons avant et après seulement 2 injections de vitamine C, cela prouve la puissance qu’a la vitamine C pour tuer les agents pathogènes !

vid-alan-smith-sauve-par-vitamine-c-lypospherique-04

Après 1 semaine à 6 sachets de vitamine C Liposomique par jour,
Alan juste avant sa sortie d’hôpital …
alors qu’il aurait déjà disparu si sa famille avait suivi l’avis des médecins !

vid-alan-smith-sauve-par-vitamine-c-lypospherique-06

Le produit miracle qui l’a sauvé, la vitamine C Liposomique,
qui fonctionne même mieux que des injections de mégadoses de vitamine C !!


La vitamine C pour les animaux

Je suis très heureux de vous traduire cet article, qui explique enfin pourquoi des animaux, qui pourtant fabriquent eux-mêmes de la vitamine C dans leur foie, peuvent mourir de problèmes cardiaques ou de cancer ou autre, alors que la vitamine C devrait l’empêcher. La raison est que leur état de stress dépasse la capacité de production de leur foie, et donc la maladie s’installe par manque d’ascorbate. C’est pourquoi les mégadoses de vitamine C peuvent aussi aider nos amis animaux à guérir, et aussi de façon spectaculaire, dans les cas où leur foie n’est pas assez productif en ascorbate !

Quel avantage décisif pour la survie de notre civilisation que fut la découverte de la vitamine C et de ses usages. Et merci l’OMNS et Théo pour avoir publié cet article !

La C bonne pour le bétail

Comment fonctionne la thérapie à l’ascorbate à haute dose à la ferme, par Théo Farmer

Cet article peut être réimprimé gratuitement à condition 1) qu’il y ait une attribution claire au service de nouvelles de médecine orthomoléculaire, et 2) que le lien d’abonnement gratuit OMNS http://orthomolecular.org/subscribe.html et le lien d’archive OMNS http://orthomolecular.org/resources/omns/index.shtml sont inclus.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Service de nouvelles sur la médecine orthomoléculaire, 01 Novembre, 2020

original en Anglais ici http://www.orthomolecular.org/resources/omns/v16n52.shtml

(OMNS 1 novembre 2020) La grande majorité des animaux produisent leur propre vitamine C. Ce fait très important n’est pas largement connu. Mais une fois que vous comprenez le but de l’ascorbate chez les mammifères, votre vie et peut changer considérablement.

Notre vie dans notre ferme d’élevage dans l’Oregon a changé avec notre compréhension de la vitamine C et de la façon dont elle peut être utilisée avec les animaux.

Le but de cet article est de fournir des conseils et des procédures que vous pouvez utiliser pour administrer des nutriments à forte dose pour résoudre les problèmes de santé aigus et chroniques chez les animaux (nous élevons des vaches, des poulets et des porcs et utilisons de la vitamine C avec tous, et cela fonctionne également avec des animaux domestiques).

Tout praticien orthomoléculaire vous dira que la vitamine C, l’acide ascorbique, l’ascorbate, est le nutriment le plus important de la boîte à outils. Voici quelques cas dramatiques.

Cas 1 : Listériose chez un veau

Lorsqu’un veau devient soudainement aveugle et commence à tourner en rond, son système nerveux s’arrête et il est sur le point de mourir. C’est ce qu’on appelle la «maladie tournante» et une cause est connue pour être la listériose, une infection par la bactérie listeria qui enflamme la couverture du cerveau de vache, semblable à la méningite chez l’homme.

Quelques hivers après que nous ayons commencé notre ferme sur 160 acres dans le centre de l’Oregon, l’un de nos veaux présentait ces symptômes. Il était soudainement aveugle et tournait en rond. Internet a été utile pour diagnostiquer le problème, les cercles étant le principal symptôme, et il m’a également informé que le veau allait mourir sans antibiotiques massifs de haute puissance. [1] Et même alors, il était fort probable qu’il mourrait après une visite coûteuse du vétérinaire pour obtenir ces médicaments.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Veaux-01-Foix-2020-Jullet-12.jpg.
Photo David G. 2020

Les conditions de nos vaches à l’époque étaient malheureusement parfaites pour que l’un des troupeaux soit atteint de listériose. Comme John Steinbeck l’a écrit dans son livre Travels with Charley, « C’était dimanche et il pleuvait et c’était l’Oregon. » [2] Les vaches étaient dans notre maigre abri d’hiver, une serre bâchée sur de la paille épaisse et sale, étant nourries sur le sol. Ramasser une poche de nourriture riche en bactéries listeria était probable pour l’une d’entre elles et, bien que la plupart ne soient pas affectées, le système de chaque vache pourrait être submergé.

Une visite chez le vétérinaire n’est généralement pas une option un dimanche dans notre ferme isolée, et nous n’utilisons de produits pharmaceutiques sur aucun animal, donc une telle visite serait un gaspillage. Au lieu de cela, équipé de ma compréhension de la vitamine C en tant qu’anti-inflammatoire puissant, j’ai décidé de mettre le veau dans la grange afin de pouvoir lui donner de fortes doses de vitamine C, en progressant vers un gramme par kilo de poids par jour, par dose orale. que le Dr Robert Cathcart a montré traiterait des conditions très graves chez l’homme. [3]

Pourquoi la vitamine C par voie orale aiderait-elle un animal qui fabrique sa propre vitamine C ? Eh bien, Irwin Stone et Cathcart ont tous deux publié et référencé des applications vétérinaires très réussies de la vitamine C. [4]

La lecture de leurs travaux m’a aidé à comprendre que certaines infections, comme la maladie de Carré chez les chiens, peuvent augmenter le stress oxydatif dans le corps du chien plus rapidement que le chien peut produire de la vitamine C. Cathcart a également été clair que le transport de la vitamine C dans le corps peut ne pas être adéquat pour les zones malades du corps, de sorte que la zone locale peut devenir appauvrie en ascorbate.

Il a proposé que des conditions de «scorbut localisé» puissent être présentes, lorsque l’infection utilisait l’ascorbate (vitamine C) plus rapidement qu’elle ne pouvait être transportée. Ma compréhension était que, sous le stress, la capacité de production d’ascorbate d’une vache peut être dépassée par un état pathologique particulier. Dans ce cas, cela provoquait peut-être une inflammation du cerveau.

Ma femme et moi avons toujours observé que si une vache a l’air ou est malade, elle est sur le point de mourir. Une fois que la production d’ascorbate a été dépassée, la santé de la vache diminuera probablement et la vache mourra si quelque chose n’est pas fait rapidement.

Je n’étais pas équipé pour administrer une intraveineuse de C à ce veau et, à l’époque, je n’avais qu’une expérience limitée de l’administration orale de vitamine C aux vaches. Le veau aveugle heurtait les murs de l’étable alors qu’il tournait. Je me tenais au centre de la stalle alors qu’il marchait autour de moi. Son système neurologique était clairement en mode autonome. Sinon, il ne m’aurait jamais laissé le gérer.

J’avais mélangé une purée de granulés de luzerne contenant 500 grammes de cristaux de vitamine C (une poudre pure) pour cet animal de 450 kg (1000 lb) comme point de départ. Toutes les quelques fois autour du cercle, je prenais son licol, mettais une poignée de purée dans sa bouche et stimulais sa mâchoire à mâcher en massant les côtés de sa mâchoire. Heureusement, les vaches autonomes mâchent et avalent toujours. Après l’avoir avalé, je le lâchais et il continuerait à tourner.

Certains de nos ouvriers agricoles observaient ma tentative de sauver ce veau très malade. C’était un travail d’un seul homme, et je m’en occupais, alors ils sont partis pour le déjeuner. Au moment où ils sont revenus quelques heures plus tard, ils ont été stupéfaits de voir les progrès du veau. Le bœuf avait récupéré et agissait normalement (à nouveau sauvage, me voyant et ne me laissant pas le toucher).

Il a probablement fallu environ 250 à 300 grammes (250 000 à 300 000 mg) de vitamine C dans cette purée. J’ai gardé le veau sous de fortes doses de vitamine C, le nourrissant de foin et plus de purée, pendant quelques jours de plus, puis je l’ai laissé au pâturage. Il n’était pas mort, mais plutôt l’administration orale de vitamine C l’avait ramené d’un état d’arrêt du système nerveux (cerveau enflammé, aveugle, tournant en rond) à la normale en quelques heures, et tout allait bien.

J’ai découvert qu’une fois que la vitamine C ramène les animaux à un comportement normal, leur production interne d’ascorbate et le système immunitaire prennent généralement le relais pour les garder en bonne santé.

Conclusion : L’ascorbate, à très fortes doses par voie orale, agit comme un puissant anti-inflammatoire pour les vaches, tout comme il le fait chez les humains et les autres animaux. [5] Cela va à l’encontre de l’hypothèse de la science bovine selon laquelle le système digestif des animaux à mâcher détruit la vitamine C ingérée. La vitamine C administrée par voie orale à une vache peut résoudre très rapidement des problèmes graves.

Nous avons de nombreux cas répétés utilisant ces méthodes avec des animaux et des humains à la ferme. Les vaches ne sont pas de grands producteurs de vitamine C (contrairement aux chèvres), et le stress et le chaos à la ferme peuvent mettre les animaux en crise, quelle que soit la quantité de vitamine C qu’ils produisent. Les premières années sur notre ferme semblaient être éprouvées par le feu.

Nous avons eu des cas de ballonnement, de plantes toxiques, de choc d’acidose, de duvet de vache après un vêlage difficile. Tous n’ont pas été sauvés par une forte dose de vitamine C, mais beaucoup l’ont été.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Vache-01-Err-2020-aout-13.jpg.
Photo David G. 2020

Cas 2 : Vache à terre avant / après le vêlage

Notre vache Jersey, Tinkerbelle, s’est accidentellement reproduite plus tôt qu’elle n’aurait dû de quelques mois. Plus d’une semaine avant sa date d’accouchement, elle ne pouvait plus se relever d’une position basse. Les vaches à terre ont de fortes chances de mourir si elles mettent bas plus de 24 à 48 heures, elles doivent donc recevoir une attention intensive pour survivre.

Tinkerbelle était une vache à sauver, avec une excellente génétique de vache laitière. Nous avons administré quotidiennement de la vitamine C à haute dose par voie orale, environ 100 grammes (100 000 mg) à la fois, deux fois par jour. Nous l’avons administré sous forme d’ascorbate de sodium dissous dans l’eau et injecté dans la bouche / la joue à l’aide d’une seringue de 60 cc.

Elle a également eu accès à une purée de luzerne à forte dose de vitamine C avec du foin de luzerne et du foin d’herbe. Chaque matin, environ une heure après sa dose matinale de vitamine C, elle était levée sur ses pieds à l’aide d’un élévateur à vache ou de deux fortes mains de ferme. Elle était assez forte chaque jour pour marcher librement et paître, isolée du troupeau. Le soir, elle se couchait et ne pouvait pas se lever le lendemain. Parfois, nous la trouvions dans le champ et utilisions un élévateur à vaches sur le tracteur pour la ramener à son étable pour la nuit.

Nous l’avons trouvée tôt un matin dans son boxe avec son veau mort à moitié hors d’elle. Nous avons sorti le petit le reste du chemin. Elle a reçu de fortes doses de vitamine C deux fois par jour, et nous l’avons soulevée chaque jour. Nous ne l’avons pas traite mais avons travaillé avec elle pendant environ une semaine jusqu’à ce qu’elle puisse enfin se lever toute seule. Elle s’est complètement rétablie et a été fécondée plus tard cette année-là et a vêlé facilement le printemps suivant. Elle est maintenant une vache forte et en bonne santé qui fournit du lait aux propriétaires de notre ferme, je considère donc que l’effort consacré à sa réadaptation avec une thérapie à la vitamine C en valait la peine.

Cas 3 : Vache en état de choc suite à un ballonnement

Une nuit d’hiver vers minuit, nous avons trouvé Foxy, l’une de nos vaches préférées, dans un enclos avec nos sept autres vaches. Elle était allongée sur le côté, gonflée, en bas et en état de choc. C’était notre première expérience de ballonnement chez des vaches et une vache en état de choc. Nous avons commencé par administrer de l’acide ascorbique hautement concentré dans de l’eau par voie orale, à l’aide d’une seringue de 60 cc.

Plusieurs personnes aidaient, l’une cherchait ce qu’il fallait faire pour les ballonnements et a découvert que, parce que ses poumons étaient menacés par la pression, nous devions la dégonfler pour laisser les gaz sortir de son abdomen. Nous avons essayé une méthode utilisant une aiguille coincée dans son côté, mais les gaz ne s’échappaient pas assez rapidement, nous avons donc utilisé un couteau et l’avons essentiellement poignardée au-dessus du rumen pour libérer les gaz. Elle s’est dégonflée rapidement et sa capacité à respirer a été rétablie. Moins d’une heure après l’avoir découverte, sous le choc et au bord de la mort, elle était de retour sur ses pieds. Nous avons administré un mélange anti ballonnement de lait cru, d’huile et de détergent naturel pour empêcher le rumen de piéger les gaz, et cela a lentement pris effet et sa blessure a cessé de libérer des gaz. Nous avons rincé la plaie avec un mélange de miel de manuka (miel hautement antimicrobien) et d’acide ascorbique et avons utilisé de la colle et des attaches pour sceller la plaie, en l’habillant avec du miel de manuka et de l’acide ascorbique jusqu’à ce qu’elle soit guérie.

L’acidose est une autre condition qui peut provoquer le choc d’une vache. Dans notre ferme, nous nourrissons les vaches uniquement avec de l’herbe et de la luzerne. Cependant, nous nourrissons des porcs et des poulets avec du grain, et il y a eu des cas où nos vaches sont entrées dans le grain. Si une vache reçoit une grande quantité de céréales lorsqu’elle est habituée à un régime composé uniquement d’herbe, le pH du rumen peut changer rapidement de basique / neutre à acide. Cela peut créer la condition appelée «acidose» et la vache peut entrer en état de choc et mourir. Nous avons eu un cas de choc d’acidose. L’administration orale de vitamine C à haute dose a sorti la vache du choc, ce qui nous a permis de traiter l’acidose avec du bicarbonate de soude, également administré par voie orale, pour permettre à la vache de récupérer complètement.

La récupération rapide d’un choc par administration orale d’une très forte dose de vitamine C semble indiquer que l’ascorbate peut se déplacer par voie transdermique dans la bouche et le système salivaire de la vache directement vers la tête et la zone cérébrale plutôt que d’aller au cerveau par voie digestive.

Toute préoccupation concernant le faible pH de l’acide ascorbique dans un rumen déjà acide peut être ignorée car la première priorité est de récupérer la vache après un choc, puis de neutraliser le rumen acide avec du bicarbonate de soude. Lorsqu’une vache n’est pas en état de choc mais présente des symptômes d’acidose, nous administrons uniquement du bicarbonate de soude. De nos jours, nous mettons simplement du bicarbonate de sodium à la disposition des vaches afin qu’elles puissent ajuster leur pH ruminal si nécessaire.

Cas 4 : Diverses maladies chez les porcs

Nous élevons des porcs Berkshire sur notre ferme. Nous en avons élevé des centaines et avons eu très peu de problèmes. Les porcs ayant accès à l’extérieur, à la boue, à l’herbe et à la nature sont rarement malades. Un hiver, des porcs ont déraciné des plantes toxiques (fougère fougère) et la toxine contenue dans la fougère en germination a fini par être mortelle pour quelques truies. Il n’y avait pas de récupération avec de la vitamine C, car c’était une toxine de la moelle osseuse.

À part cet hiver, des truies ont contracté des choses comme la mammite (je pense que nous avons eu un ou deux cas mineurs en 8 ans). Nous avons également eu des truies qui sont sur le point de voir leurs porcelets développer une boiterie ou une faiblesse dans leurs membres. Heureusement, nous avons constaté que fournir aux porcs 1/2 gallon de lait cru aigre de notre laiterie mélangé à environ 1/4 à 1/2 tasse d’acide ascorbique deux fois par jour les rétablit invariablement en pleine santé, souvent plus tard le même jour.

C’est le seul «médicament» que nous donnons jamais à un porc. Il est également important de noter que nous ne nourrissons que des aliments pour porcs sans OGM, sans soja et sans maïs et de l’orge lactofermentée dans du lait cru, ce qui leur confère également un avantage global pour la santé.

Succès répétable

Nous parlons de ces méthodes à d’autres agriculteurs et parfois ils les essaient. S’ils les font correctement, ils répètent souvent les résultats. Sur notre ferme, chaque saison gagnant de l’expérience, nous avons de moins en moins de problèmes, alors même que notre troupeau est passé de quelques vaches à plus de quarante.

Le dernier numéro que nous avons eu était le printemps dernier. Un de nos nouveaux veaux (sur une douzaine) a développé de grosses bosses dans chaque joue qui ressemblaient à la maladie mortelle appelée diphtérie du veau. Mais avec l’administration deux fois par jour de vitamine C à forte dose et de vitamine B3, niacinamide, les bosses ont diminué et ont disparu en une semaine.

Très peu des conseils courants sur la façon de traiter les maladies animales s’appliquent à notre ferme orthomoléculaire. Les informations standard concernent généralement des choses comme des vaccins, des antibiotiques ou d’autres produits chimiques de l’industrie pharmaceutique, des choses que, lorsque nous avons commencé l’agriculture, nous nous sommes engagés à ne jamais utiliser.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Moutons-04-Foix-2020-Juillet-14.jpg.
Photo David G. 2020

Notre ferme s’engage à n’utiliser que des minéraux et des nutriments, et nous avons constaté qu’une dose élevée de vitamine C, administrée par voie orale, peut faire des merveilles pour les animaux avec une bonne compréhension et avec persévérance en l’administrant au moins deux fois par jour jusqu’à ce que l’animal revienne à la normale.

Une partie de notre quête en tant que ferme consiste à documenter les méthodes orthomoléculaires avec des animaux, afin qu’elles puissent être utilisées par les agriculteurs du monde entier. La science de la santé la plus avancée dépend désormais de la compréhension de la santé microbienne de notre corps et de l’environnement. [6]

Les thérapies orthomoléculaires, contrairement aux produits chimiques pharmaceutiques et agricoles industriels, peuvent être utilisées dans les fermes sans perturber le microbiome des sols, des plantes, des animaux et des agriculteurs, elles sont donc essentielles à l’avenir d’une agriculture saine et d’une alimentation saine.

(Theo Farmer est l’auteur de Buttercup, Me, and Vitamin C, le premier livre d’images orthomoléculaire pour enfants. Il a des blogs sur ses sites Web www.heliosfarms.com et www.hfpma.online. Vous pouvez y télécharger gratuitement un pdf du livre.)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Cheveaux-22-Foix-2020-Juillet-13.jpg.
Photo David G. 2020

References

La médecine nutritionnelle est la médecine orthomoléculaire

La médecine orthomoléculaire utilise une thérapie nutritionnelle sûre et efficace pour combattre la maladie. Pour plus d’informations: http://www.orthomolecular.org

Trouver un docteur

Pour localiser un médecin orthomoléculaire près de chez vous :  http://orthomolecular.org/resources/omns/v06n09.shtml

Le service d’information sur la médecine orthomoléculaire, évalué par des pairs, est une ressource d’information à but non lucratif et non commerciale.

Comité de révision éditoriale:

  • Médecin : Ilyès Baghli, MD (Algérie)
  • Médecin : Ian Brighthope, MBBS, FACNEM (Australie)
  • Médecin : Gilbert Henri Crussol, DMD (Espagne)
  • Médecin : Carolyn Dean, MD, ND (États-Unis)
  • Médecin : Damien Downing, MBBS, MRSB (Royaume-Uni)
  • Médecin : Hugo Galindo, MD (Colombie)
  • Médecin : Martin P. Gallagher, MD, DC (États-Unis)
  • Médecin : Michael J. Gonzalez, NMD, D.Sc., Ph.D. (Porto Rico)
  • Médecin : William B. Grant, Ph.D. (États-Unis)
  • Médecin : Tonya S. Heyman, MD (États-Unis)
  • Médecin : Suzanne Humphries, MD (États-Unis)
  • Médecin : Ron Hunninghake, MD (États-Unis)
  • Médecin : Robert E. Jenkins, DC (États-Unis)
  • Médecin : Bo H. Jonsson, MD, Ph.D. (Suède)
  • Médecin : Jeffrey J. Kotulski, DO (USA)
  • Médecin : Peter H. Lauda, ​​MD (Autriche)
  • Médecin : Thomas Levy, MD, JD (USA)
  • Doctorant : Alan Lien, Ph.D. (Taïwan)
  • Médecin : Homer Lim, MD (Philippines)
  • Pharmacien : Stuart Lindsey, Pharm.D. (États-Unis)
  • Médecin : Victor A. Marcial-Vega, MD (Porto Rico)
  • Médecin : Charles C. Mary, Jr., MD (États-Unis)
  • Médecin : Mignonne Mary, MD (États-Unis)
  • Médecin : Jun Matsuyama, MD, Ph.D. (Japon)
  • Médecin : Joseph Mercola, DO (États-Unis)
  • Pharmacien : Jorge R. Miranda-Massari, Pharm.D. (Porto Rico)
  • Médecin : Karin Munsterhjelm-Ahumada, MD (Finlande)
  • Médecin : Tahar Naili, MD (Algérie)
  • Doctorant : W.Todd Penberthy, Ph.D. (États-Unis)
  • Doctorant : Dag Viljen Poleszynski, Ph.D. (Norvège)
  • Médecin : Selvam Rengasamy, MBBS, FRCOG (Malaisie)
  • Médecin : Jeffrey A. Ruterbusch, DO (USA)
  • Doctorant : Gert E. Schuitemaker, Ph.D. (Pays-Bas)
  • Médecin : TE Gabriel Stewart, MBBCH. (Irlande)
  • Médecin : Hyoungjoo Shin, MD (Corée du Sud)
  • Médecin : Thomas L. Taxman, MD (États-Unis)
  • Médecin : Jagan Nathan Vamanan, MD (Inde)
  • Médecin : Garry Vickar, MD (États-Unis)
  • Médecin : Ken Walker, MD (Canada)
  • Médecin : Raymond Yuen, MBBS, MMed (Singapour)
  • Médecin : Anne Zauderer , DC (États-Unis)
  • Doctorant : Andrew W. Saul, Ph.D. (États-Unis), rédacteur en chef
  • Médecin : Edition japonaise: Atsuo Yanagisawa, MD, Ph.D. (Japon)
  • Médecin : Edition chinoise: Richard Cheng, MD, Ph.D. (USA)
  • Médecin : Edition française: Vladimir Arianoff, MD (Belgique)
  • Doctorant : Robert G. Smith, Ph.D. (États-Unis), rédactrice adjointe
  • Médecin : Helen Saul Case, MS (États-Unis), rédacteur adjoint
  • Michael S. Stewart, B.Sc.CS (États-Unis), rédacteur en chef de la technologie
  • Jason M. Saul, JD (États-Unis), consultant juridique
Retour haut de page