Dr Robert CATHCART, pionnier de la vitamine C à hautes doses

Le médecin Robert F. Cathcart III, 1932 – 2007, est l’auteur du livre “Guérir avec des doses élevées d’acide ascorbique, la vitamine C”, (Curing with High Doses of Ascorbic Acid (Vitamin C))

Les publications du Dr Cathcart sont encore disponibles en ligne ici http://www.doctoryourself.com

Ses observations sur l’utilisation clinique de l’acide ascorbique lui ont attiré une renommée mondiale, ainsi que le respect de Linus Pauling. A la fin de sa carrière, il avait soigné plus de 30 000 patients avec de la vitamine C, principalement par la prise de poudre d’acide ascorbique, jusqu’à 200 grammes par jour par voie orale. Ses recherches ont abouti à un article de 1981 sur le dosage de la vitamine C en fonction de la tolérance intestinale, qui est devenu un document de référence sur le terrain, selon la Pre Sandra Goodman, Ph.D.

Au début des années 1970, cherchant désespérément un traitement pour son rhume des foins et son nez bouché, le Dr Cathcart découvrit les avantages de la vitamine C après avoir lu « La vitamine C et le rhume » de Linus Pauling. Il devint fasciné par l’idée qu’avec l’apparition d’une maladie virale, le corps peut absorber de plus grandes quantités de vitamine C sans provoquer son effet secondaire le plus courant, la diarrhée. Ses recherches l’ont conduit à développer la « Théorie de la tolérance au côlon de la vitamine C », un concept que plus la charge virale est élevée, plus la dose de vitamine C pouvant être utilisée pour le traitement est élevée. Une personne qui développe habituellement une diarrhée due, par exemple, à une dose de 12 grammes d’ascorbate, peut tolérer plus de 100 grammes en cas de rhume ou de grippe. Il a découvert que l’adaptation de la dose de vitamine C à la tolérance intestinale permet de résoudre plus rapidement une maladie.

Il était un conférencier populaire lors de réunions médicales, où il partageait librement ses découvertes avec ses collègues. Cependant, il n’a pas été bien publié. Comme Linus Pauling lui-même, Cathcart a rencontré le rejet et même le mépris des éditeurs scientifiques et médicaux. Bob Cathcart a reçu le prix Linus Pauling de la Society for Orthomolecular Health Medicine en 2002.

Selon le Dr Cathcart, une grande partie du travail original avec de grandes quantités d’ascorbate a été fait par Klenner, qui a constaté que la plupart des maladies virales pouvaient être guéries par l’ascorbate de sodium par voie intraveineuse dans des quantités allant jusqu’à 200 grammes par 24 heures.

Le Dr Irwin Stone a souligné le potentiel de l’ascorbate dans le traitement de nombreuses maladies, l’incapacité des humains à synthétiser de l’ascorbate, et les conséquences de la condition d’hypoascorbémie.

Le Pr Linus Pauling a passé en revue la littérature sur la vitamine C, en particulier son utilité dans la prévention et le traitement du rhume et de la grippe.

Le Dr Ewan Cameron en association avec Pauling décrit l’utilité de l’ascorbate dans le traitement du cancer.

Vitamine C, dosage à la tolérance intestinale

(publié en 1981, dans “Medical Hypotheses, 7:1359-1376”)

Extrait : Une méthode d’utilisation de la vitamine C en quantités légèrement inférieures aux doses produisant une diarrhée est décrite (DOSAGE DE TOLÉRANCE INTESTINALE). La quantité d’acide ascorbique par voie orale tolérée par un patient sans produire de diarrhée augmente de manière quelque peu proportionnelle au stress ou à la toxicité de sa maladie. Les doses d’acide ascorbique tolérées par l’intestin atténuent les symptômes aigus de nombreuses maladies. Des doses moindres ont souvent peu d’effet sur les symptômes aigus mais aident le corps à gérer le stress de la maladie et peuvent en réduire la morbidité.

Méthode de tolérance intestinale : En 1970, j’ai découvert que plus un patient était malade, plus il tolérait d’acide ascorbique par la bouche avant la survenue d’une diarrhée. Au moins 80% des patients adultes toléreront 10 à 15 grammes de fins cristaux d’acide ascorbique dans 1/2 tasse d’eau divisée en 4 doses par 24 heures sans présenter de diarrhée.

Doser à la tolérance intestinale : Le soulagement maximum des symptômes auquel on peut s’attendre avec des doses orales d’acide ascorbique est obtenu juste au-dessous de la quantité produisant la diarrhée. La quantité et le moment des doses sont généralement détectés par le patient. Le médecin ne doit pas essayer de régler exactement la quantité et le moment d’administration de ces doses, car la dose efficace optimale changera souvent d’une dose à l’autre. Les patients sont initiés aux principes généraux de détermination des doses et aux estimations des quantités de départ raisonnables et du moment choisi pour ces doses. J’ai nommé ce processus du patient déterminant la dose optimale, DOSAGE À LA TOLÉRANCE INTESTINALE. Le patient essaie de DOSER entre cette quantité qui le fait se sentir mieux et cette quantité qui provoque presque, mais pas tout à fait, une diarrhée.

Le rhume à 100 grammes : Un rhume suffisamment sévère pour permettre à une personne de prendre 100 grammes d’acide ascorbique par 24 heures au plus fort de la maladie, j’appelle cela un RHUME À 100 GRAMMES.

Réponses individuelles : L’un des principes les plus importants en MÉDECINE ORTHOMOLÉCULAIRE est l’INDIVIDUALITÉ BIOCHIMIQUE (18). Chaque individu réagit différemment aux substances. La vitamine C ne fait pas exception. Cependant, au moins 80% de mes patients ont bien toléré l’acide ascorbique. Les nourrissons, les jeunes enfants et les adolescents tolèrent bien l’acide ascorbique et peuvent en absorber, en proportion de leur poids, en plus grande quantité que les adultes. Les personnes âgées tolèrent des quantités moindres et ont un pourcentage plus élevé de problèmes de nuisance.

Anascorbémie – scorbut aigu induit : Il est bien établi que certains symptômes sont associés à un manque presque total de vitamine C dans le corps. Les symptômes du scorbut comprennent : lassitude, malaise, saignements des gencives, perte des dents, saignements de nez, ecchymoses, hémorragies dans n’importe quelle partie du corps, infections légères, mauvaise cicatrisation des plaies, détérioration des articulations, os cassants et douloureux, mort, etc.

On pense que cette maladie ne survient qu’en cas de privation diététique de vitamine C.

Toutefois, une affection analogue est produite comme suit : Les humains bien nourris ne contiennent généralement pas plus de 5 grammes de vitamine C dans leur corps. Malheureusement, la majorité des gens ont beaucoup moins d’ascorbate que cette quantité dans leur corps et risquent de souffrir de nombreux problèmes liés à une défaillance des processus métaboliques dépendant de l’ascorbate. Cette condition est appelée SCORBUT SUB-CLINIQUE CHRONIQUE (12).

Si une maladie est suffisamment toxique pour permettre à la personne de consommer 100 grammes de vitamine C, imaginez ce que cette maladie doit faire pour que 5 grammes d’ascorbate puissent être stockés dans le corps. Une condition de SCORBUT AIGU INDUIT est rapidement induite. Une partie de ce besoin métabolique accru en ascorbate se produit sans aucun doute dans des zones du corps qui ne sont pas principalement impliquées dans la maladie et peut être attribuée à des fonctions telles que les glandes surrénales produisant plus d’adrénaline et de corticoïdes; le système immunitaire produisant plus d’anticorps, d’interféron (19, 20) et d’autres substances pour combattre l’infection; les macrophages utilisant plus d’ascorbate avec leur activité accrue; et la production et la protection de c-AMP et de c-GMP avec l’activité accrue subséquente d’autres glandes endocrines (21), etc. De plus, l’ascorbate doit être énormément utilisé localement par une augmentation du taux métabolique dans les tissus principalement infectés. Les organismes infectieux libèrent eux-mêmes des toxines qui sont neutralisées par l’ascorbate mais détruisent en même temps l’ascorbate.

Récemment, j’ai eu personnellement l’expérience d’ingérer 48 grammes en une heure et demie lorsque j’ai eu une réaction soudaine du rhume des foins aux roses. Lors du retrait des roses, la tolérance est rapidement revenue à la normale. Cette expérience, ajoutée aux expériences que j’ai eues avec de nombreux patients soumis à un stress émotionnel, indiquerait que les glandes surrénales sont capables d’utiliser de grandes quantités d’ascorbate avec un bénéfice s’il est disponible.

Ce recours à l’ascorbate, quelle qu’en soit l’origine, abaisse le taux sanguin d’ascorbate à un niveau négligeable. J’ai inventé le terme ASCORBÉMIE pour cette affection. Si cette anascorbémie n’est pas rapidement corrigée par l’administration orale de doses d’acide ascorbique à tolérance intestinale, ou par l’administration intraveineuse d’ascorbate, le reste du corps est rapidement appauvri en ascorbate et est susceptible de provoquer des troubles des processus métaboliques dépendant de la vitamine C.

Les problèmes suivants sont à prévoir avec une incidence accrue d’épuisement grave en ascorbate : troubles du système immunitaire tels que infections secondaires, polyarthrite rhumatoïde et autres maladies du collagène, réactions allergiques aux médicaments, aliments et autres substances, infections chroniques telles que l’herpès ou les séquelles des infections aiguës telles que les syndromes de Guillain-Barré et de Reye, le rhumatisme articulaire aigu ou la scarlatine ; des troubles des mécanismes de coagulation du sang tels que les hémorragies, les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, les hémorroïdes et autres thromboses vasculaires ; incapacité à gérer correctement le stress dû à la suppression des fonctions surrénaliennes telles que la phlébite, d’autres troubles inflammatoires, l’asthme et d’autres allergies ; problèmes de formation désordonnée de collagène, tels qu’une altération de la capacité de guérison, des cicatrices excessives, des plaies de lit, des varices, des hernies, des vergetures, des rides, voire même l’usure du cartilage ou la dégénérescence des disques de la colonne vertébrale ; altération de la fonction du système nerveux telle que malaise, diminution de la tolérance à la douleur, tendance aux spasmes musculaires, voire troubles psychiatriques et sénilité ; et cancer du système immunitaire supprimé et agents cancérigènes non désintoxiqués ; etc.

Doses de maintenance : Les doses d’entretien sont établies par le patient qui prend des doses de tolérance intestinale 6 fois par jour pendant au moins une semaine. Il observe les éventuels avantages inattendus, tels que le nettoyage des sinus, la diminution des allergies, l’augmentation de l’énergie, etc. En cas de bénéfice d’un problème chronique, la dose est réduite à la quantité minimale produisant l’effet. Sinon, une dose telle que 4 à 10 grammes par jour divisée en 3 à 4 doses est recommandée.

Le principal problème que craignent les patients bénéficiant de ces fortes doses d’entretien d’acide ascorbique est qu’ils peuvent être contraints de se trouver dans une position où leur corps est privé d’ascorbate pendant une période de stress grave, telle qu’une hospitalisation d’urgence. Les médecins devraient reconnaître les conséquences du retrait soudain de l’ascorbate dans ces circonstances et être prêts à répondre à ces besoins métaboliques accrus en ascorbate, même chez un patient inconscient. Ces conséquences de l’épuisement de l’ascorbate, qui peuvent inclure un choc, une crise cardiaque, une phlébite, une pneumonie, des réactions allergiques, une susceptibilité accrue aux infections, etc., ne peuvent être évitées que par l’ascorbate. Les patients incapables de prendre de fortes doses orales doivent recevoir de l’ascorbate par voie intraveineuse. Tous les hôpitaux devraient disposer de grandes quantités d’ascorbate à utiliser par voie intraveineuse pour répondre à ce besoin. Les millions de personnes prenant de l’acide ascorbique en font une priorité urgente. Les patients doivent porter les avertissements concernant ces besoins sur une carte bien en évidence dans leur portefeuille ou porter un bracelet de type Medic Alert gravé de cet avertissement.

Conclusion : La méthode produit des effets spectaculaires chez tous les patients capables de tolérer ces doses, en particulier dans les cas de maladies virales aiguës spontanément résolutives, qu’il est indéniable. Un placebo ne pourrait pas fonctionner de manière aussi fiable, même chez les nourrissons et les enfants, et aurait un effet si profond sur les patients gravement malades.

Belfield (32) a eu des résultats similaires en médecine vétérinaire, dans le traitement de la maladie de Carré et de la fièvre des chenils chez les chiens atteints, avec l’ascorbate par voie intraveineuse. Bien que les chiens produisent leur propre ascorbate, ils ne produisent pas assez pour neutraliser la toxicité de ces maladies. Cet effet chez les animaux pourrait difficilement être un placebo.

Il serait possible de mener une étude en double aveugle sur l’ascorbate par voie intraveineuse ; cependant, les doses devraient être déterminées par une personne expérimentée avec cette méthode. Une partie de la difficulté que beaucoup ont avec la compréhension de l’ascorbate est que la revendication de ses avantages semble trop belle.

Une fonction unique pour l’ascorbate

(publié en 1991)

Extraits traduits : La vitamine C est une substance réductrice, une donneuse d’électrons. Quand la vitamine C donne ses deux électrons de haute énergie pour éliminer les radicaux libres, une grande partie du déshydroascorbate résultant est réduit à nouveau en vitamine C, et donc utilisé à plusieurs reprises. La sagesse conventionnelle est correcte en ce que seulement de petites quantités de vitamine C sont nécessaires pour cette fonction en raison de son utilisation répétée. Le point oublié est que la partie limitante du balayage des radicaux libres non enzymatiques est la vitesse à laquelle les électrons de très haute énergie sont fournis par le NADH pour réduire la vitamine C et d’autres piégeurs de radicaux libres.

Quand nous sommes malades, les radicaux libres se forment plus rapidement que les électrons à haute énergie ne sont mis à disposition. Des doses de vitamine C aussi grandes que 1 à 10 grammes par 24 heures ne font que peu de bien. Cependant, quand
l’ascorbate est utilisé en quantités massives, telles que de 30 à 200+ grammes par
24 heures, ces quantités fournissent directement les électrons nécessaires à neutraliser les radicaux libres de presque toute inflammation. Additionnellement, en concentrations élevées, l’ascorbate réduit le NAD(P)H et peut donc fournir les électrons de haute énergie nécessaires pour réduire la molécule d’oxygène utilisée dans l’éclatement respiratoire des phagocytes. Dans ces fonctions, la partie ascorbate est principalement gaspillée, mais les nécessaires électrons de haute énergie sont fournis en grande quantité.

Une vidéo en anglais du Dr Cathcart

Le troisième visage de la vitamine C

Article publié en 1992 dans le Journal de la Médecine Orthomoléculaire http://orthomolecular.org/library/jom/1992/toc4.shtml

The Third Face of Vitamin C, by Robert F. Cathcart, III, M.D., disponible en PDF ici http://orthomolecular.org/library/jom/1992/pdf/1992-v07n04-p197.pdf

Traduit par David Giquello le 22 janvier 2021 :

Le troisième visage de la vitamine C, par Robert F. Cathcart, III, médecin.

Abstrait : La tolérance intestinale, la quantité d’acide ascorbique tolérée par voie orale sans produire de diarrhée, augmente avec la toxicité des maladies. La tolérance de l’intestin à l’acide ascorbique avec une maladie telle que la mononucléose peut atteindre 200 grammes ou plus par 24 heures. Une amélioration clinique marquée ou une guérison est atteinte dans de nombreux processus pathologiques lorsque des doses proches de la tolérance intestinale sont administrées.

Dans un sens très important, ce sont les équivalents réducteurs portés par les capteurs de radicaux libres qui étouffent les radicaux libres, et non les capteurs de radicaux libres eux-mêmes. L’acide ascorbique peut être dramatiquement utile pour éteindre les radicaux libres car il est généralement toléré en quantités nécessaires pour fournir les équivalents réducteurs nécessaires pour neutraliser presque tous les radicaux libres générés par les processus pathologiques graves.

Les fonctions de la vitamine C sont accessoires à ces niveaux de dose ; l’avantage vient des équivalents réducteurs transportés. Dans la mesure où les radicaux libres sont soit essentiels à la perpétuation d’une maladie ou juste une partie de la cause des symptômes, la maladie sera guérie ou tout simplement améliorée. Ces effets sont encore plus dramatiques avec l’ascorbate de sodium intraveineux.

Introduction : Une expérience clinique de prescription de doses d’acide ascorbique jusqu’à 200 grammes ou plus par 24 heures à plus de 20 000 patients au cours des 23 dernières année a révélé son utilité clinique dans toutes les maladies impliquant des radicaux libres.

La controverse se poursuit sur la valeur de la vitamine C principalement parce que des doses inadéquates sont utilisées pour la plupart des objectifs d’élimination des radicaux libres.

Paradoxalement, l’utilisation non controversée de petites doses de vitamine C dans la prévention et le traitement du scorbut a bloqué de nombreuses personnes contre des utilisations plus créatives.

La vitamine C présente des avantages différents en augmentant les plages de doses. Son utilité réside dans trois de ces plages que je décrirai comme les trois visages de la vitamine C.

  1. la vitamine C pour prévenir le scorbut (jusqu’à 65 mg / jour)
  2. la vitamine C pour prévenir le scorbut aigu induit [1,2], et pour augmenter les fonctions de la vitamine C (1 à 20 grammes / jour)
  3. la vitamine C pour fournir des équivalents réducteurs (30 à 200 grammes ou plus / jour) [3]

On pourrait critiquer la sagesse de mon utilisation de ces doses massives mais Klenner avait auparavant utilisé de fortes doses par voie intraveineuse. [4,5,6,7] Les travaux de Irwin Stone, [8,9,10[ Linus Pauling, [11,12,13] et Archie Kalokerinos [14] ont soutenu bon nombre de mes
observations. Dans toutes les études publiées donnant des résultats négatifs ou équivoques, des doses inadéquates ont été utilisées. Dans certaines études, les doses à peine proche de l’adéquat, taquinent l’enquêteur avec des résultats statistiquement significatifs mais avec des résultats bénéfiques peu impressionnants.

Ma première découverte était que la tolérance intestinale à l’acide ascorbique d’une personne avec un tube digestif sain était quelque peu proportionnelle à la toxicité de leur maladie.[15] Les doses de tolérance intestinale sont les quantités d’acide ascorbique tolérées par voie orale qui provoquent presque, mais pas tout à fait, un relâchement des selles. Un patient qui pourrait tolérer par voie orale 10 à 15 grammes d’acide ascorbique par 24 heures quand en bonne santé, pourrait tolérer 30 à 60 grammes par 24 heures s’il avait un léger rhume, 100 grammes avec un rhume sévère, 150 grammes avec une grippe, et 200 grammes ou plus par 24 heures avec une mononucléose ou une pneumonie virale.[1,2]

Des avantages cliniques marqués dans ces conditions se produisent seulement à la tolérance intestinale ou à des niveaux plus élevés. J’ai nommé le processus par lequel le patient détermine la dose appropriée en s’approchant de la tolérance de l’intestin. Ces augmentations de la tolérance intestinale chez la grande majorité des patients qui tolèrent normalement l’acide ascorbique (peut-être 80% des patients) sont invariables. Les bénéfices cliniques marqués sont notés seulement lorsqu’une dose seuil, généralement proche de la dose de tolérance intestinale, est consommée. J’appelle cela bénéficier de l’effet ascorbate.

La plupart des patients commencent d’abord par des doses toutes les heures de poudre d’acide ascorbique dissoutes dans de petites quantités d’eau. Plus tard, après que le patient ait appris à estimer avec précision la dose nécessaire pour obtenir l’effet ascorbate, des doses comparables de comprimés d’acide ascorbique ou des capsules sont également utilisées. Lorsque les patients sont intolérants à des quantités adéquates d’acide ascorbique par voie orale et la gravité de la maladie le justifie, l’ascorbate de sodium intraveineux est utilisé.

Les échecs sont liés à des difficultés individuelles pour prendre les doses adéquates appropriées. Chez les patients qui tolèrent des doses adéquates, les résultats sont presque
invariablement comme décrit. J’ai maintenant recueilli 23 ans d’expériences cliniques et de réflexions sur ce phénomène.

Je veux souligner l’importance de cette augmentation de la tolérance intestinale avec l’augmentation de la toxicité des maladies. La sensation de désintoxication ressentie à ces doses est indubitable. L’effet est si fiable et dramatique chez le patient tolérant que cela rend évident le fait que quelque chose de très important, qui n’a pas été largement apprécié auparavant, se produit.

Les trois faces

La vitamine C fonctionne probablement toujours en étant une donneuse d’électrons. Au niveau des doses les plus basses (la première face), elle est nécessaire en tant que vitamine pour prévenir le scorbut. Elle est essentiel pour certaines fonctions métaboliques bien décrites et pour la plupart non controversées.

À un deuxième niveau (la deuxième face), la vitamine C est toujours utilisée comme vitamine mais des doses plus importantes sont nécessaires pour maintenir ses fonctions de base de vitamine C, parce qu’elle est détruite rapidement dans les tissus malades ou lésés où il y a une surabondance de radicaux libres. Quand une molécule d’ascorbate abandonne deux équivalents de réducteurs pour neutraliser les radicaux libres, elle devient de l’acide déshydroascorbique (DHA). Si le DHA (une forme instable d’ascorbate) n’est pas rapidement réduit par des agents réducteurs des mitochondries, le DHA est irréversiblement perdu. J’ai décrit l’état de carence qui en résulte, si la vitamine C n’est pas remplacée, un scorbut aigu induit. [12] Il existe de nombreuses preuves de cet épuisement de la vitamine C par le stress et la maladie comme récemment revu dans la littérature. [20]

De plus, les récentes nombreuses recherches approfondies sur la vitamine C se sont préoccupées de certaines fonctions qui peuvent être augmentées par des doses plus que minimales de vitamine C. [20] Étrangement, toute utilité de ces doses plus grandes que le minimum, restent majoritairement négligées par les cliniciens. Ce niveau est d’environ 1 à 20 grammes par jour. Les avantages varient d’une personne à l’autre.

A ce deuxième niveau, comme dans les études revues par Pauling [11] et plus récemment par Hemila, [20] on peut s’attendre à une légère diminution de l’incidence des rhumes mais une réduction plus significative des complications et la durée des rhumes. Personnellement, je suis impressionné par le nombre de patients (mais certainement pas tous) qui me disent qu’ils n’ont pas eu de rhume depuis des années, après la lecture du livre de Pauling et la prise de vitamine C. Des patients atteints d’infections chroniques ont souvent leur infections guéries pour la première fois. Les antibiotiques travaillent en synergie avec ces doses. Un nombre surprenant de personnes âgées bénéficient de doses de cette ampleur, car il peuvent souffrir de ce qu’Irwin Stone a décrit comme le scorbut chronique subclinique. [10]

Le troisième niveau de doses (la troisième face) est pratiquement non discuté dans la littérature mais est le plus intéressant. Ces doses vont généralement de 30 à 200 grammes ou plus par 24 heures. Le concept le plus important à comprendre est que si accessoirement à ces doses, la vitamine C remplit toutes les fonctions des niveaux un et deux, elle est principalement utilisée pour les agents réducteurs qu’elle transporte. [3[ Avec ces doses, il est possible de saturer le corps en agents réducteurs, de neutraliser les radicaux libres en excès, et d’amener un potentiel redox réducteur dans les tissus concernés. Les inflammations médiées par les radicaux libres
peuvent être éliminées ou nettement réduites. Dans de nombreux cas les patients souffrant d’allergies ou de maladies auto-immunes ont leur immunité humorale contrôlée tandis que leur immunité cellulaire est augmentée. [19] Dans la mesure où les radicaux libres sont soit essentiels pour la perpétuation d’une maladie ou juste une partie de la cause des symptômes, la maladie sera guérie ou juste améliorée. La liste des maladies impliquant des radicaux libres continuent de croître. Infections, maladies cardiovasculaires, cancer, traumatismes, brûlures à la fois thermiques et radiologiques, chirurgies, allergies, les maladies auto-immunes et le vieillissement sont désormais inclus. Il est plus difficile de penser à une maladie qui n’implique pas de radicaux libres.

Les nutritionnistes progressistes donnent régulièrement des vitamines C et E, du bêta-carotène, du sélénium, NAC, etc. pour contrer les radicaux libres. Je suis d’accord avec cette pratique. Cependant, il y en a un important concept négligé, qui entraîne que ces nutriments ne sont pas aussi efficaces que décrits.

Dans l’esprit que si tu jettes un seau d’eau sur un feu, c’est l’eau qui éteint le feu, pas le seau ; ce sont les équivalents d’agent de réduction portés par le piégeur de radicaux libres qui neutralisent les radicaux libres, pas le piégeur de radicaux libres lui-même.

La plupart des équivalents d’agent de réduction utilisés par les piégeurs de radicaux libres non enzymatiques ne proviennent pas des piégeurs de radicaux libres ingérés mais passent par la glycolyse, le cycle de l’acide citrique, NADPH, FADH2, glutathion, etc. Les piégeurs alimentaires de radicaux libres n’interviennent par ingestion que dans un petit pourcentage du total des équivalents d’agent de réduction portés par ces piégeurs pendant leur vie dans le corps. Après leur premier passage neutralisant des radicaux libres, le piégeur de radicaux libres doit être rechargé avec des équivalents de réduction fabriqués dans les mitochondries.

Le problème dans les tissus enflammés ou chez les patients souffrant de maladies graves, n’est pas tant que les piégeurs de radicaux libres ont été perdus (bien qu’ils peuvent être perdus), le problème est plus que les mitochondries ne peuvent pas fournir les équivalents de réduction assez rapidement pour réduire suffisamment de quantités de piégeurs de radicaux libres. La nature dynamique de ce processus doit être soulignée. Quand les radicaux libres endommagent les cellules, en particulier leurs mitochondries, plus de radicaux libres se forment et certains blessent les cellules adjacentes. Une cascade inflammatoire en résulte. Sans assez d’équivalents de réduction fournis par glycolyse dans les mitochondries, et la réduction continue de piégeurs de radicaux libres, la cascade inflammatoire ne peut pas être correctement contenue.

Au début de cette étude, un jeune bibliothécaire de 23 ans et 45 kilos souffrant de mononucléose sévère a affirmé avoir pris 2 cuillères à soupe pleines toutes les 2 heures, consommant 450 grammes d’acide ascorbique en 2 jours, sans qu’il produise de diarrhée. Elle s’est sentie plutôt bien en 3 à 4 jours, bien qu’elle ait dû continuer avec 20 à 30 grammes par jour pendant environ 2 mois. Par la suite, tous mes jeunes patients souffrant de mononucléose, ayant d’excellents intestins, ont répondu de même et ont eu des augmentations équivalentes de tolérance intestinale pendant l’état aigu de la maladie. Ce qui est important ici, c’est la magnitude de cette tolérance intestinale accrue.

Je crois que les selles molles causées par des doses excessives d’acide ascorbique ingérées par voie orale sont dues à une hypertonicité résultante de l’ascorbate dans le rectum. L’eau est attirée dans le rectum par l’augmentation de la pression osmotique et entraîne un relâchement des selles. Avec des maladies toxiques, l’ascorbate est détruit rapidement dans les tissus et cela se traduit par une absorption rapide de l’ascorbate dans l’intestin. De l’ascorbate, ce qui n’atteint pas le rectum, ne provoque pas la diarrhée.

L’ascorbate de sodium intraveineux ne cause pas de diarrhée et, en fait, augmente la tolérance de l’intestin à l’acide ascorbique ingéré par voie orale pendant que l’I.V. est en cours d’exécution. Avec l’hypertonicité de l’ascorbate à la fois dans le sang et dans le rectum, la pression osmotique de l’ascorbate est plus égale sur les deux côtés de la paroi intestinale pour éviter la diarrhée. Si la diarrhée était causée par d’autres processus métaboliques, l’ascorbate intraveineux causerait aussi de la diarrhée.

Il convient de noter que dans certains cas de diarrhée pathologique, l’acide ascorbique arrête la diarrhée. Vraisemblablement dans ces cas, une destruction accrue de l’ascorbate provient de radicaux libres dans l’intestin. Cependant, dans la plupart des maladies systémiques il n’y a aucune raison de croire que la destruction de l’ascorbate supplémentaire toléré se produit directement dans l’intestin, il s’agit donc d’une hypothèse sûre que cette destruction accrue se produit à l’intérieur du corps. L’augmentation la tolérance à l’acide ascorbique par voie orale fournit une mesure intéressante et quelque peu utile de la toxicité d’une maladie. C’est probablement un peu une mesure des radicaux libres impliqués dans une maladie.

Je décris un rhume qui à son maximum rend possible pour un patient de tolérer jusqu’à 100 grammes d’acide ascorbique par voie orale toutes les 24 heures, sans diarrhée, un «rhume de 100 grammes». Des patients, semblant être biens, qui ont une tolérance de plus de 20 à 25 grammes par 24 heures ont probablement une condition qui est cachée par leur propre système de récupération des radicaux libres.

Les patients atteints d’infections (avec un estomac normalement fort) peuvent ingérer d’énormes quantités d’acide ascorbique. Un de mes patients souffrant de fatigue chronique est uniquement fonctionnel en raison de son ingestion de 30 kilos d’acide ascorbique au cours des 12 derniers mois.

En 22 ans, j’ai personnellement ingéré environ 361 kilos (797 lb) (4,3 fois mon poids corporel) d’acide ascorbique, en raison d’allergies chroniques et peut-être d’EBV chronique.

Compte tenu des équivalents de réduction transportés par de telles quantités d’acide ascorbique, on ne peut que deviner le taux de rotation des piégeurs non enzymatiques de radicaux libres chez un patient gravement malade avec une mononucléose à 200 grammes. Cependant, on gagne l’impression que tous les piégeurs non enzymatiques de radicaux libres devraient être réduits plusieurs fois par jour.

Une analogie

Supposons que vous possédiez une ferme et à une extrémité de la propriété il y avait une grange et à l’autre bout de la propriété il y avait un puits d’eau. Un jour la grange prend feu et les voisins viennent avec des seaux pour mettre en place une file de seaux pour bien arroser la grange en train de brûler, lorsque le puits s’assèche. Mon utilisation de l’ascorbate c’est comme des milliers de voisins venant de tous les alentours, chacun avec un seau de leur propre eau, jetant leur propre eau sur le feu, puis partant.

Conclusion

En raison de l’invariable (chez les patients tolérants à l’acide ascorbique) augmentation de la tolérance intestinale à l’acide ascorbique chez les patients à peu près proportionnellement à
la toxicité de leur maladie, il doit se passer quelque chose pour l’ascorbate chez le malade, autre que son utilisation comme vitamine C dans le sens classique. L’amélioration ou parfois la guérison de différentes maladies semble liée à la importance des radicaux libres dans la perpétuation de cette maladie.

Le bénéfice soudain marqué dans de nombreux processus de maladies, qui est réalisé à des doses proches du niveau de tolérance intestinale, suggère qu’un potentiel de réduction redox est forcé dans les tissus affectés seulement à ces niveaux de dose. Cet effet ascorbate, seulement aux doses élevées, suggère également qu’autre chose que les fonctions classiques de la vitamine C est impliqué. Cet effet ascorbate est plus compatible avec les principes de la chimie redox.

Seul un petit pourcentage des équivalents de réduction donnés par des piégeurs non-enzymatiques de radicaux libres, pour neutraliser les radicaux libres, vient des piégeurs de radicaux libres nutritionnel ingérés. L’ascorbate est unique en ce que le corps peut tolérer des doses adéquates nécessaires d’équivalents de réduction, pour éteindre le feu des radicaux libres générés par le processus d’une maladie gravement toxique. La vitamine C est donnée pour les équivalents de réduction qu’elle transporte. C’est uniquement de cette façon qu’on peut neutraliser de grandes quantités de radicaux libres générées par les processus pathologiques les plus toxiques.

Références

  1. Cathcart RF: The method of determining proper doses of vitamin C for the treatment of disease by titrating to bowel tolerance. J. Orthomolecular Psychiatry 1981; 10:125-32.
  2. Cathcart RF: Vitamin C: titrating to bowel tolerance, anascorbemia, and acute induced scurvy. Medical Hypotheses 1981; 7:1359-76.
  3. Cathcart RF: A unique function for ascorbate. Medical Hypotheses 1991; 35:32-7.
  4. Klenner FR: Virus pneumonia and its treatment with vitamin C. J. South Med. and Surg. 1948; 110:60-3.
  5. Klenner FR: The treatment of poliomyelitis and other virus diseases with vitamin C. J. South Med. and Surg. 1949; 111:210-4.
  6. Klenner FR: Observations on the dose and administration of ascorbic acid when employed beyond the range of a vitamin in human pathology. J. App. Nutr. 1971; 23:61-88.
  7. Klenner FR: Significance of high daily intake of ascorbic acid in preventive mecidine. J. Int. Acad. Prev. Med. 1974; 1:45-9.
  8. Stone I: Studies of a mammalian enzyme system for producing evolutionary evidence on man. Am. J. Phys. Anthro. 1965; 23:83-6.
  9. Stone I: Hypoascorbemia: The genetic disease causing the human requirement for exogenous
    ascorbic acid. Perspectives in Biology and Medicinel966; 10:133-4.
  10. Stone I: The Healing Factor: Vitamin C Against Disease. Grosset and Dunlapp, New York, 1972.
  11. Pauling L: Vitamin C and the Common Cold. W.H. Freeman and Company, San Francisco, 1970.
  12. Pauling L: Vitamin C, the Common Cold, and the Flu. W.H. Freeman and Company, San Francisco, 1976.
  13. Pauling L: How to Live Longer and Feel Better. W.H. Freeman and Company, New York, 1986.
  14. Kalokerinos A: Every Second Child. Keats Publishing, Inc., New Canaan, 1981.
  15. Cathcart RF: Clinical trial of vitamin C. Letter to the Editor, Medical Tribune, June 25, 1975.
  16. Cathcart RF: Vitamin C in the treatment of acquired immune deficiency syndrome (AIDS). Medical Hypothesis 1984; 14(4): 423-33.
  17. Cathcart RF: Vitamin C: the nontoxic, nonratelimited, antioxidant free radical scavenger. Medical Hypotheses 1985; 18:61-77.
  18. Cathcart RF: HIV infection and glutathione (Letter to editor concerning Vitamin C tolerance in AIDS). Lancet 1990; 335(8683):235.
  19. Cathcart RF: The vitamin C treatment of allergy and the normally unprimed state of antibodies. Medical Hypothese 1986; 21(3):307-21.
  20. Hemila H: Vitamin C and the conmmn cold. Br. J. Nutr. 1992; 67:3-16.
Retour haut de page