Une étude récente, très technique et détaillée sur les interactions moléculaires de l’ascorbate, publiée dans un journal international spécialisé en nutrition, fait le point sur l’intérêt d’utiliser l’acide ascorbique contre le stress et l’anxiété, puisque c’est un antioxydant majeur aux actions multiples. On y confirme aussi la grande importance de la vitamine C pour le cerveau.

The role of vitamin C in stress-related disorders, dans The Journal of Nutritional Biochemistry, Volume 85, November 2020.

Titre traduit : « Le rôle de la vitamine C dans les troubles liés au stress »

Accès libre ici https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0955286320304915

Résumé traduit :

Les troubles liés au stress, tels que la dépression et l’anxiété, présentent des déficits marqués des fonctions comportementales et cognitives liées à la récompense.

Bien que les données de la littérature aient rapporté des résultats limités et variables concernant les critères d’évaluation liés au stress oxydatif dans les troubles liés au stress, l’effet neuroprotecteur possible des composés antioxydants, tels que l’acide ascorbique (vitamine C), apparaît comme une stratégie thérapeutique possible pour les maladies psychiatriques.

Ici, nous présentons brièvement des informations de base sur l’activité biologique de l’acide ascorbique, en particulier les fonctions liées à l’homéostasie du SNC.

De plus, nous avons examiné les informations disponibles sur le rôle de l’acide ascorbique dans les maladies liées au stress, en nous concentrant sur les études de supplémentation et de déplétion.

La carence en vitamine C est largement associée aux maladies liées au stress.

Bien que l’efficacité de cette vitamine dans les troubles du spectre anxieux soit moins établie, plusieurs études ont montré qu’une supplémentation en acide ascorbique produit un effet antidépresseur et améliore l’humeur.

Fait intéressant, la modulation des systèmes de neurotransmetteurs monoaminergiques et glutamatergiques est postulée comme cible centrale pour les effets antidépresseurs et anxiolytiques de cette vitamine.

Étant donné que la supplémentation en acide ascorbique produit une réponse thérapeutique rapide avec une faible toxicité et une tolérance élevée, il peut être considéré comme un candidat putatif pour le traitement des troubles de l’humeur et de l’anxiété, surtout ceux qui sont réfractaires aux traitements actuels.

Ici, la littérature a été examinée en tenant compte de l’utilisation potentielle de l’acide ascorbique comme adjuvant dans le traitement de l’anxiété et de la dépression.

Extraits traduits :

Considérant le stress comme un facteur déclenchant à la fois de l’anxiété et de la dépression, la modulation du stress peut représenter une cible importante dans le traitement des troubles associés au stress. De plus, la compréhension des aspects neurophysiologiques impliqués dans l’étiologie de ces troubles peut signaler des mécanismes biologiques importants impliqués dans la physiopathologie des conditions liées au stress contribuant finalement à leur traitement.

Le système nerveux central (SNC) est particulièrement sensible aux dommages oxydatifs en raison de sa teneur élevée en métaux de transition et en acides gras polyinsaturés, associée à son taux de consommation d’oxygène élevé et à ses niveaux relativement faibles d’antioxydants endogènes.

Les dommages oxydatifs ont également été associés à la dépression, aux troubles anxieux et au stress psychosocial. Les personnes dépressives présentent des taux plasmatiques d’antioxydants plus faibles, notamment l’ascorbate, l’α-tocophérol et les enzymes antioxydantes, ce qui serait lié à des niveaux accrus de peroxydation lipidique. Des études ont montré que des échantillons d’urine et de sang de patients souffrant de troubles anxieux présentaient des niveaux élevés de produits finaux de peroxydation lipidique.

Le système enzymatique antioxydant peut intercepter les molécules nocives, contrecarrant ainsi la progression des troubles du SNC.

Il convient de noter que des modifications de l’activité des enzymes antioxydantes ont également été observées chez des patients souffrant de troubles psychiatriques.

L’acide L-ascorbique est connu sous le nom de vitamine C, une vitamine antioxydante hydrosoluble, essentielle aux êtres humains et à plusieurs autres mammifères. Fait intéressant, la consommation de cette vitamine par la population mondiale diminue chaque année et ce scénario est corrélé à l’augmentation du nombre de maladies de carence en vitamine C dans la population.

La forme anionique de la vitamine C (ascorbate) est la forme active, connue pour avoir une activité de piégeur de radicaux libres, réagissant ainsi avec les radicaux libres, tels que les radicaux thiyle des protéines. De telles réactions sont censées protéger les biomolécules des dommages oxydatifs. L’acide ascorbique participe également indirectement en tant qu’antioxydant, régénérant la vitamine E et contribuant à l’homéostasie oxydant/antioxydant de la membrane plasmique.

La concentration d’acide ascorbique dans le liquide céphalo-rachidien est 2 à 4 fois supérieure à celle du plasma sanguin, suggérant une concentration élevée d’acide ascorbique dans le système nerveux central. Dans le cerveau entier, 1 à 2 mM d’acide ascorbique ont été détectés, tandis que les concentrations neuronales intracellulaires sont beaucoup plus élevées (atteignant jusqu’à 10 mM). De plus, on sait que des concentrations plasmatiques sous-optimales d’acide ascorbique (inférieures à 23 μmol/L) étaient associées à un certain nombre de maladies, en particulier celles liées au SNC.

L’acide ascorbique peut accéder au liquide céphalo-rachidien par le transporteur spécifique SVCT2, abondant dans le plexus choroïde, ou par l’absorption de DHA effectuée par les transporteurs cérébraux du glucose (GLUT1, GLUT3 et GLUT4).

Fait intéressant, le cerveau maintient préférentiellement des niveaux élevés de vitamine C, même pendant la carence des tissus périphériques. Parmi les zones cérébrales, l’hippocampe, le cortex occipital et frontal ont les niveaux les plus élevés, tandis qu’une carence en vitamine C entraîne des anomalies du développement cérébral, notamment une diminution du volume de l’hippocampe de 10 à 15 % et des troubles de l’apprentissage/de la mémoire.

La fonction cérébrale peut également être affectée par une carence en vitamine C, puisque le collagène de type IV (une protéine dépendante de l’acide ascorbique pour la synthèse) est essentiel pour la structure de la myéline et l’activité électrique cérébrale.

L’acide ascorbique est également important pour plusieurs réactions biologiques dans le cerveau, et plus récemment, il a été démontré qu’il améliore la récupération du stress mental, l’humeur et anxiété. En raison de son bon potentiel et de son bon pronostic pour être utilisé comme antidépresseur et anxiolytique, tel que référencé ici, nous discutons de cette possibilité au niveau préclinique et clinique en nous concentrant sur la gestion des maladies liées au stress.

Fait intéressant, certaines études cliniques ont rapporté que l’acide ascorbique pouvait contrecarrer l’augmentation des hormones de stress et les perceptions subjectives de l’état de stress. Par exemple, l’augmentation des niveaux de cortisol, déclenchée par l’ACTH exogène, a été atténuée par l’acide ascorbique (3 g/jour pendant 5 jours), suggérant que l’acide ascorbique peut être utilisé pour limiter les effets des hormones de stress. Les symptômes dépressifs induits par l’administration d’ACTH, chez une fillette de 5 ans atteinte d’hépatite B, ont été inversés par l’administration intraveineuse d’acide ascorbique (50 mg/kg par jour, pendant 2 semaines). Les niveaux de cortisol et d’ACTH sont revenus aux niveaux de base chez les patients cancéreux subissant des interventions chirurgicales alors qu’ils étaient sous traitement à l’acide ascorbique (3 g/jour pendant 5 jours).

Un essai clinique randomisé, utilisant la libération prolongée d’une forte dose d’acide ascorbique (3 × 1000 mg/jour pendant 14 jours), a réduit la réponse subjective au stress psychologique dans le test de stress social de Trèves.

Une étude clinique menée par Urueña-Palacio et al. (2018) ont montré qu’une femme de 22 ans avait développé le scorbut en association avec un trouble anxieux et une anorexie mentale. Dans cette étude, l’anamnèse directe a identifié un régime basé uniquement sur le thé et les glucides, qui était le résultat d’une image corporelle déformée. La supplémentation orale en acide ascorbique pendant 30 jours a abrogé les symptômes psychiatriques et l’anémie, ce qui suggère que le scorbut chez l’adulte semble être lié à de tels comportements pathologiques.

Les premières associations entre l’acide ascorbique et la physiopathologie de la dépression étaient basées sur l’observation clinique et symptomatologique des patients atteints de scorbut. Il convient de noter que la dépression est connue pour précéder de près les symptômes physiques du scorbut, ce qui suggère que la carence en vitamine C est courante chez les personnes dépressives.

Par exemple, les résultats de McIntosh (1959) suggèrent que le scorbut pourrait être précédé d’une dépression clinique. La déplétion en vitamine C a également été associée à une augmentation des symptômes dépressifs. Par exemple, il est rapporté qu’un patient atteint de scorbut a fait des tentatives de suicide. Un autre rapport clinique a suggéré qu’une carence en vitamine C pourrait être liée à des symptômes dépressifs, puisqu’un patient de 52 ans atteint d’un cancer du côlon a développé le scorbut, qui était associé à une diminution de l’appétit, de la fatigue, de la faiblesse, un comportement anhédonique et une dépression. Dans la même étude, une supplémentation en acide ascorbique intramusculaire (1 g/jour, pendant 7 jours, puis 1,5 g/jour pendant 7 jours, po) a éliminé le scorbut et les symptômes dépressifs de ce patient.

Les données sur la supplémentation/administration d’acide ascorbique sont plus cohérentes, présentant des preuves complémentaires de l’implication de cette vitamine dans les maladies liées au stress. Les rapports traitant de l’ effet bénéfique possible de l’ acide ascorbique sur les troubles anxieux ont été résumés dans le tableau 2 .

De plus, plusieurs études ont démontré que la supplémentation en vitamine C produit un effet anxiolytique. Par exemple, les patients diabétiques de type II, recevant un traitement de 6 semaines avec de l’acide ascorbique (1 g/jour) présentaient des scores d’anxiété plus faibles dans le Depression Anxiety Stress Scales-21 (DASS-21), mais les scores de stress et de dépression restaient inchangés. Une étude a montré que des étudiants universitaires supplémentés en acide ascorbique (500 mg/jour pendant 14 jours) augmentaient les taux plasmatiques d’acide ascorbique et diminuaient les scores d’anxiété (Beck Anxiety Inventory).

Renforçant cette notion, les étudiants diplômés anxieux à trait élevé recevant une dose unique d’acide ascorbique (1 g) présentaient des niveaux d’état d’anxiété inférieurs, tels qu’évalués par les échelles STAI et VAMS, ce qui n’était pas le cas lorsque les étudiants anxieux à trait normal ou faible étaient analysés.

Malgré le nombre croissant d’études soutenant le potentiel thérapeutique de l’acide ascorbique, les mécanismes neurobiologiques sous-jacents à ses propriétés neuroprotectrices ne sont toujours pas entièrement compris. Les effets pléiotropes (antiexcitotoxiques, neuromodulateurs et neurotrophiques) de l’acide ascorbique sur le SNC apparaissent comme un aspect important à prendre en compte dans les stratégies neuroprotectrices ( Fig. 2 ).

Les preuves précliniques ont encouragé un certain nombre d’études cliniques portant sur les effets neuroprotecteurs de l’acide ascorbique contre les maladies liées au stress, telles que la dépression et l’anxiété. Il convient de noter que des essais cliniques ont démontré que la supplémentation en acide ascorbique produit des résultats bénéfiques pour la dépression et l’anxiété. (fin d’extraits)

Cette étude référence 243 autres publications.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page