Plus d’infos médicales sur le traitement du virus avec la vitamine C

01 novembre 2020

Bonjour les amis,

Tout d’abord je tiens à remercier fortement Laurent qui m’a envoyé un chèque de 150 euros, ce qui monte les dons à 385 euros, et il ne manque donc plus que 215 euros pour couvrir l’année de frais des sites internet. Répondez-moi par ce courriel si vous pouvez contribuer, pour que je vous indique la procédure. C’est ensemble que nous rendons les choses plus faciles pour tous, et les soldats de la résistance ont besoin de votre aide.

Ensuite je voudrais vous souhaiter un confinement plein de découvertes intellectuelles et de perles de sagesse, car sans pouvoir agir comme avant, nous sommes forcés à rester en place, et ce peut être l’occasion de faire de l’introspection, d’apprendre de nouvelles choses importantes en lisant ou en visionnant des conférences de savants.

Profitez-en pour téléphoner ou visiophoner à des personnes dont vous n’aviez plus de nouvelles depuis longtemps, pour savoir comment ils vont et les soutenir psychologiquement ou financièrement si nécessaire. En cherchant on trouve toujours quelqu’un en plus mauvaise posture que soi, et cela nous donne l’occasion d’aider, une action toujours source de joie intérieure.

Bien sûr profitons de cette heure quotidienne pour faire de l’exercice physique, car comme vous avez pu le lire dans mon livre, c’est un des piliers de la bonne santé.

Pour celles et ceux qui n’ont pas lu mon livre, je vous conseille de le faire, il est gratuit à télécharger ici, et il coûte environ 20 euros en le commandant ici chez Bookelis ou ici un peu moins cher sur Amazon car les frais d’envoi y sont moins élevés.

INFO importante : Le professeur Raoult a saisi cet avocat spécialisé pour porter plainte contre l’interdiction de l’hydroxy-truc 👍👍👍 Alors que l’IHU de Marseille a le taux de mortalité le plus bas de France, avec moins de 0,5%, le gouvernement vient de leur interdire la fourniture du médicament qui fonctionne, l’hydroxy-truc !

Un scandale criminel dont la justice indépendante rendra compte je l’espère !

Peut-être est-ce un coup de la Vie pour l’inciter à utiliser la vitamine C, puisqu’il n’aura plus d’autre choix, qui elle sera plus dure à faire interdire, et qui ainsi montrera à tous les francophones du monde la capacité et l’importance incroyable de cet ascorbate (partie active de la vitamine C) !

Encore une fois, si vous avez accès au Pr Raoult, faites lui passer ce message, et merci d’avance pour nous tous.https://www.youtube.com/embed/RBd9bDkF8Gc?feature=oembed

Aujourd’hui je vous fais passer le dernier article de l’OMNS, sur le « virus » ou « crise de virus » et son traitement par des injections de vitamine C en Chine. Comme d’habitude je change son nom par « virus » pour éviter la censure automatique répressive.

Merci encore de vos soutiens et ne cédons pas à la peur mais résistons de façon intelligente en nous préparant un avenir meilleur, avec un corps et un esprit plus forts qu’avant.

Cet article peut être réimprimé gratuitement à condition 1) qu’il y ait une attribution claire au service de nouvelles de médecine orthomoléculaire, et 2) que le lien d’abonnement gratuit OMNS http://orthomolecular.org/subscribe.html et le lien d’archive OMNS http://orthomolecular.org/resources/omns/index.shtml sont inclus.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Service de nouvelles sur la médecine orthomoléculaire, 20 Octobre, 2020

original ici en PDF http://www.orthomolecular.org/resources/omns/fra/v16n51-fra.pdf

L’ignorance médicale et le génocide de patients atteints de « virus »

Commentaire de W. Gifford-Jones, Médecin

(OMNS 20 oct. 2020) Soignant les malades, Hippocrate, le Père de la médecine, conseillait : « En premier lieu, ne pas nuire ». Malheureusement, ce principe très cher n’a pas été suivi dans les soins aux patients atteints d’une infection à « virus ». Perdre un être cher à cause d’un cancer ou d’une autre maladie est toujours tragique. Mais en perdre un à cause de la « crise de virus », alors qu’elle aurait pu être évitée, est un acte impardonnable qui entraîne le meurtre en masse de vies innocentes. Cela s’est produit en raison de l’ignorance de l’histoire, de l’hypocrisie, du manque de formation des médecins en matière de médecine alternative et de la fermeture d’esprit quant aux bienfaits médicaux vitaux de fortes doses de vitamine C administrées par voie intraveineuse (IVC).

Je n’aurais pas les connaissances nécessaires pour écrire cet article si un événement de ma vie ne s’était pas produit. À 74 ans, j’ai failli mourir d’une grave crise cardiaque. Les médecins m’ont dit que je serais mort dans quelques années sans l’aide de médicaments hypocholestérolémiants.

Heureusement, plusieurs années auparavant, j’avais interviewé le Dr Linus Pauling, deux fois lauréat du prix Nobel. Il m’avait conseillé sur le rôle important de la vitamine C dans la diminution du risque de maladie coronarienne. C’est alors que j’ai pris l’une des décisions les plus importantes de ma vie. J’ai décidé de prendre 10 000 milligrammes (mg) de vitamine C par jour, plutôt que de croire les grandes sociétés pharmaceutiques. Mais je m’inquiétais aussi parce que Pauling, bien qu’il soit un brillant chimiste, n’était pas médecin. Avait-il raison à propos de la vitamine C ? Ce n’est que des années plus tard, lorsque le Dr Sidney Bush, un chercheur anglais, a prouvé que la vitamine C pouvait inverser l’athérosclérose (durcissement des artères), que j’ai su que j’avais pris la bonne décision.[1]

Aujourd’hui, 22 ans plus tard, les médecins qui m’ont dit que je serais mort dans quelques années sans médicaments hypoclolestrolémiants, sont morts, et moi, je suis dans ma 97e année, toujours en vie. C’est cette expérience avec les effets cardiovasculaires de la vitamine C qui a déclenché mon intérêt pour les avantages anti-infectieux et autres avantages médicaux de la vitamine C, en particulier la façon dont elle peut réduire les décès dus aux maladies virales et bactériennes.

Klenner a ensuite montré que de fortes doses de vitamine C pouvaient également guérir d’autres maladies virales telles que la méningite, l’hépatite, la rougeole, les oreillons, la pneumonie, le zona et même la morsure toxique d’un serpent à sonnette [2-4] . Depuis lors, d’autres chercheurs ont rapporté qu’il n’y a aucune maladie virale que l’IVC à fortes doses, ne puisse traiter avec succès.

Mais Klenner n’a pas gagné de popularité auprès de ses collègues. Il a écrit avec frustration que « certains médecins se contenteraient de voir leur patient mourir plutôt que d’utiliser l’acide ascorbique car dans leur esprit limité, il n’existe que sous forme de vitamine ».

Depuis lors, les esprits médicaux cernés d’oeillères, ont entraîné des milliers de décès dus à des « virus » et à d’autres maladies, au Canada et dans le monde. À cause d’une idée fausse selon laquelle la vitamine C n’est qu’une vitamine parmi d’autres. Mais il est prouvé que la vitamine C est un puissant nutriment anti-infectieux qui s’attaque à la fois aux maladies virales et bactériennes.

L’infection déclenche une réaction cellulaire inflammatoire grave dans le corps qui entraîne une diminution de la vitamine C. C’est comme si on était pris dans une tempête de neige sur une route isolée et qu’on manquerait d’essence. Mais dans ce cas, les globules blancs ont besoin de vitamine C pour combattre l’infection. Et si vous n’avez pas pris de C régulièrement, vos globules blancs sans C sont comme un fusil sans les balles.

Beaucoup de gens ne réalisent pas que presque tous les animaux fabriquent leur propre vitamine C. Les humains ont perdu cette capacité il y a des milliers de siècles, à cause d’une mutation génétique. Par exemple, les chiens produisent 5 000 milligrammes (mg) de vitamine C par jour. Santé Canada affirme que les humains n’ont besoin que de 90 mg [1] Mais si un chien contracte une infection, il produira automatiquement jusqu’à 20 000 mg par jour !

Pendant la « crise de virus », j’ai écouté des médecins hygiénistes, des présentateurs de télévision, des politiciens et des experts médicaux discuter de l’importance de la distanciation et du lavage fréquent des mains. Mais je n’en ai entendu qu’un seul parler des avantages des vitamines C et D dans le renforcement de l’immunité du corps. Et je n’ai entendu personne expliquer comment l’utilisation de fortes doses de IVC (Injections de Vit. C) pourrait sauver des vies.

Le Dr Lendon H. Smith a présenté les expériences cliniques de Frederick Klenner dans le « Clinical Guide to the Use of Vitamin C« . Il contient une foule d’informations sur la manière dont la vitamine C traite de nombreuses maladies diverses. Et comment la prescription de quantités insuffisantes de vitamine C peut conduire à l’échec d’une thérapie. Ces informations médicales sont accessibles à tous. [6]

J’ai déjà écrit que si un membre de la famille décédait à cause d’une infection par un « virus » et que les médecins et l’hôpital refusaient de recourir à l’IVC, je contesterais cette situation devant un tribunal. Je crois que je gagnerais parce que les preuves historiques sont tellement accablantes que de fortes doses de C sauvent des vies.

L’hypocrisie qui entoure la vitamine C est ahurissante. Le Dr Linus Pauling s’est plaint : « La communauté médicale exige des preuves rigoureuses à l’appui de la vitamine C, mais accepte des preuves fragiles à son encontre ». Peu de choses ont changé depuis que j’ai interviewé Pauling. Ce déficit est manifestement dû au fait que les professionnels de la santé refusent d’accepter les faits scientifiques. Et nous ne connaîtrons jamais le nombre de décès inutiles que cela a causé pendant la « crise de virus ».

Il y a un an, comme journaliste, j’ai été invité à faire partie du Service d’information médicale orthomoléculaire. Son comité de rédaction international est composé d’éminents médecins, professeurs et chercheurs. Il y a plusieurs mois, j’ai demandé à tous les membres comment ils allaient traiter plusieurs infections virales. La réponse la plus massive a été « une dose élevée de vitamine C par voie intraveineuse ». L’OMNS a publié vingt-deux rapports de cas de médecins ayant réussi à traiter des infections virales par l’IVC. [7]

Depuis février, des chercheurs en Chine ont mené des études en double aveugle sur l’IVC ; signifiant. qu’un groupe recevait une IVC et le groupe témoin recevait un placebo. Certaines études ont déjà été réalisées et les résultats montrent que l’IVC sauve plus de vies que le placebo. [8]

Mais même dans une de ces récentes études louables, il y avait une faille. Selon le rapport, tous les patients ont reçu une certaine dose pour une infection modérée, tandis que d’autres ont reçu une dose plus élevée pour une infection plus grave. Mais les patients qui sont décédés n’avaient pas reçu la dose la plus élevée. [9]

Tout ceci se reflète dans ce que le Dr Linus Pauling et le Dr Frederick Klenner ont souligné. Comme le dfisait Pauling à ses détracteurs, « C’est le dosage ! » Ou, comme l’a affirmé Klenner, « Certaines infections nécessitent une dose beaucoup plus importante ». Comme nous le savons tous, une demi-aspirine ne guérit pas une migraine.

Mais il y a des nouvelles plus inquiétantes. Les chercheurs chinois ont du mal à faire publier leurs résultats. Des contacts me disent également que les médecins qui utilisent l’IVC en Amérique du Nord, sont harcelés par les autorités. Dans certains cas, on leur dit que s’ils persistent, ils perdront leur licence pour exercer la médecine.

Pour savoir ce qui se passe dans certaines régions du Canada et des États-Unis, j’ai contacté plusieurs spécialistes des maladies infectieuses, des médecins hygiénistes et des hôpitaux universitaires, en leur posant une question simple. « Prescrivez-vous de la vitamine C par voie intraveineuse ou connaissez-vous quelqu’un qui le fait pour traiter une infection à « virus » ? Et si les patients en phase terminale ne reçoivent pas d’IVC, pourquoi est-ce le cas » ?

Cette mission s’est avérée longue. Beaucoup ont répondu qu’ils me répondraient mais n’ont pas réussi à le faire. Je ne pouvais que conclure qu’ils n’utilisaient pas l’IVC et ne voulaient pas que quelqu’un l’apprenne.

Ou bien ils ont répondu : « Nous avons vérifié auprès de notre spécialiste des maladies infectieuses et nous confirmons qu’une forte dose de C n’est pas utilisée pour traiter une infection à coronavirus ».

Ce qui est choquant, c’est que pas un seul médecin hygiéniste n’a répondu que l’IVC était prescrite à ceux qui mouraient d’une infection par un « virus ».

Une autre surprise a été la réaction de Johns Hopkins, l’un des grands hôpitaux du monde. Ses éminents professeurs ont été les premiers à introduire auprès leurs étudiants, la valeur d’apprendre au chevet du malade. Pendant cette « crise de virus », ils étaient considérés comme l’autorité en matière de déclaration du nombre de décès dus aux « virus ». J’ai donc été choqué de recevoir cette réponse : « Nous ne menons pas d’essais cliniques et nous n’administrons pas de C comme traitement pour le « virus » ». Et même la faculté de médecine de Harvard, où j’ai passé tant d’années en tant qu’étudiant et plus tard en tant que chirurgien, ne m’a jamais répondu.

Qu’est-ce qui va se passer ? C’est que l’étude chinoise ne parviendra probablement pas à mettre fin à la controverse et que les patients continueront à mourir inutilement de ce virus. J’espérais qu’un expert en infectiologie, ou un médecin hygiéniste, aurait la curiosité intellectuelle de demander : « Je me demande si des doses élevées d’IVC ne pourraient pas sauver des vies ? » Il est tragique que cela ne se soit pas produit. Certains qualifieraient cela d’ignorance médicale, d’autres de faute professionnelle, ou si un être cher est mort comme un meurtre, et finalement un tribunal examinant tous les faits déciderait qu’il s’agisse d’un meurtre de masse.

Nous sommes donc dans une situation unique. On dit que la guerre est bien trop importante pour être confiée à des généraux. En raison du chaos économique causé par le coronavirus, cette catastrophe est peut-être bien trop importante pour être laissée aux experts médicaux quand tant de Nord-Américains ont souffert.

Il est temps pour le gouvernement d’exiger que nos écoles de médecine mènent une étude sur l’IVC. Ce ne sont pas les patients qui manquent. Nous avons le talent scientifique dans nos universités. La vitamine C est peu coûteuse et ne causera pratiquement jamais de complications. La vitamine C n’a jamais tué personne. En outre, cette étude pourrait être réalisée en peu de temps et ne nécessiterait pas des milliers de patients.

Qui saisira le moment et sauvera d’innombrables vies ?

(Chroniqueur syndiqué, W. Gifford-Jones, MD, (également connu sous le nom de Kenneth Walker, MD) a été diplômé de la Harvard Medical School en 1950. Il a été résidents en chirurgie à l’Université McGill, à l’Université de Rochester et à la Harvard Medical School. Toujours militant, son site web est http://www.docgiff.com.)

Pour en savoir plus : Plusieurs dizaines d’articles relatifs à la vitaminothérapie de la COVID sont disponibles en accès libre sur : http://orthomolecular.org/resources/omns/index.shtml .

Nombre d’entre eux sont disponibles en français, espagnol, allemand, arabe, italien, coréen, chinois et norvégien. Des traductions en japonais sont disponibles à l’adresse suivante : https://isom-japan.org/top_after .

Références

  1. Bush SJ (2010) 700 Vitamin C Secrets. Northampton, England: Direct Print on Demand Ltd. ISBN-13: 978-0956651990; ISBN-10: 0956651992 978-0956651990.
  2. Klenner FR. (1949) The treatment of poliomyelitis and other virus diseases with vitamin C. South Med J, 111:209-214. https://www.seanet.com/~alexs/ascorbate/194x/klenner-fr-southern_med_surg1949-v111-n7-p209.htm
  3. Klenner FR. (1951) Massive Doses of Vitamin C and the Virus Diseases. Presented in the Fiftysecond Annual Meeting of the Tri-State Medical Association of the Carolinas and Virginia, held at Columbia, February 19th and 20th, 1951. https://www.seanet.com/~alexs/ascorbate/195x/klennerfr-southern_med_surg-1951-v103-n4-p101.htm
  4. Saul AW. Hidden in Plain Sight: The Pioneering Work of Frederick Robert Klenner MD. http://www.doctoryourself.com/klennerbio.html
  5. Dr. Fauci recommends vitamin C and D for Covid-19. https://www.insider.com/fauci-takesrecommends-vitamin-d-and-c-supplements-immunity-boost-2020-9
  6. Smith, LH. Clinical guide to the use of vitamin C: The clinical experiences of Frederick R. Klenner, M.D.. Portland, OR: Life Sciences Press, 1988. Originally titled: Vitamin C as a
    fundamental medicine: Abstracts of Dr. Frederick R. Klenner, MD’s published and unpublished work. ISBN 0-943685-01-X. Reprinted 1991, ISBN 0-943685-13-3. http://www.whale.to/a/smith1988.html or https://www.seanet.com/~alexs/ascorbate/198x/smith-lhclinical_guide_1988.htm
  7. Saul AW, Doctor X. (2020) Vitamin C Treatment of COVID-19: Case Reports. Orthomolecular Medicine News Service. http://orthomolecular.org/resources/omns/v16n47.shtml (traduit en francais)
  8. Holford P (2020) Vitamin C Cuts COVID Deaths by Two-Thirds. Orthomolecular Medicine
    News Service. http://orthomolecular.org/resources/omns/v16n50.shtml (traduit en francais)
  9. Cheng RZ. (2020) Preliminary Report of Chinese High Dose Vitamin C for Covid-19 Treatment Studies. Orthomolecular Medicine News Service. http://orthomolecular.org/resources/omns/v16n42.shtml (traduit en francais)

(Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et pas nécessairement celles de tous les membres du comité de rédaction du Service d’information en médecine orthomoléculaire. L’OMNS est ouvert à la discussion sur des sujets variés. Les lecteurs peuvent soumettre leurs propres ébauches d’articles au rédacteur en chef à l’adresse électronique de contact ci-après : http://www.orthomolecular.org ).

Retour haut de page