Vitamine C contre cancer, les études scientifiques

Page en construction, débutée 19 novembre 2020

Il y a tellement d’études qui ont été faites sur la vitamine C, beaucoup de milliers, que j’ai décidé de commencer à faire un pré-tri pour faciliter la recherche des personnes intéressées pour approfondir le sujet.

Les médecins qui ont eu des résultats avec l’ascorbate, insistent tous qu’il faut utiliser de très grosses doses, comparativement équivalentes à ce qu’un animal produirait dans son foie en cas de maladie similaire. Or, un très grand nombre des études qui ont été menées n’ont pas suivi ce paramétré obligatoire, et s’étonnent de ne pas avoir les résultats escomptés.

On a découvert le même genre de manœuvres cette année en 2020, quand de nombreuses études qui ont été mises en avant pour décrier l’hydroxychloroquine, n’utilisaient pas les doses recommandées par les médecins qui avaient de bons résultats.

Il semble que de nombreux scientifiques, même dans le domaine de la santé, ne soient pas en mesure de lire de simples recommandations de dosage, ou alors, n’ayant pas de déontologie ni de compassion pour leurs fraternité humaine, décident de publier des études volontairement sabotées, peut-être dans un but commercial ou pour garder leur emploi financé par des investisseurs qui ne désirent pas que les gens puissent se soigner à bon marché. Dans un monde idéal, l’honnêteté et l’intégrité seraient un prérequis pour toute personne s’impliquant dans le domaine de la santé, où la vie des autres est en jeu. Notre civilisation a semble-t-il encore un long chemin à parcourir avant d’en arriver là…

vitamin c + cancer = 6,295 results https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/?term=vitamin+c+cancer&size=50

vitamin C + Intravenous = 1,230 results https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/?term=vitamin+C+Intravenous&size=50

(Il faut payer pour lire la suite de cette étude)

Aucun résumé disponible

Etudes années 1950-59

Cancer : une maladie du collagène, secondaire à une carence nutritionnelle

Cancer: a collagen disease, secondary to a nutritional deficiency. McCormick W.J. Arch. Pediatr. 1959;76(4):166–171. PMID: 13638066 Aucun résumé disponible


Etudes années 1970-79

Le traitement orthomoléculaire du cancer. I. Le rôle de l’acide ascorbique dans la résistance de l’hôte.

The orthomolecular treatment of cancer. I. The role of ascorbic acid in host resistance. Cameron E., Pauling L. Chem. Biol. Interact. 1974;9(4):273–283. PMID: 4609626 Aucun résumé disponible


Le traitement orthomoléculaire du cancer. II. Essai clinique de suppléments d’acide ascorbique à haute dose dans le cancer humain avancé.

The orthomolecular treatment of cancer. II. Clinical trial of high-dose ascorbic acid supplements in advanced human cancer. Cameron E., Campbell A. Chem. Biol. Interact. 1974;9(4):285–315. PMID: 4430016 Aucun résumé disponible


Le traitement orthomoléculaire du cancer. III. Sarcome de cellules du réticulum : double régression complète induite par un traitement à l’acide ascorbique à haute dose.

The orthomolecular treatment of cancer. III. Reticulum cell sarcoma: double complete regression induced by high-dose ascorbic acid therapy. Cameron E., Campbell A., Jack T. – Chem. Biol. Interact. 1975;11(5):387–393. PMID: 1104207

Abstrait : La réponse d’un patient atteint d’un sarcome de cellules du réticulum histologiquement prouvé, avec aucun traitement autre que de fortes doses d’acide ascorbique est décrite. Au moment du premier diagnostic, la maladie était largement disséminée et une régression très spectaculaire de tous les paramètres de l’activité de la maladie a été induite par l’administration continue de fortes doses d’acide ascorbique. La réduction de la posologie quelques mois plus tard a coïncidé avec la réactivation du processus pathologique. La ré-instauration d’un traitement régulier à l’acide ascorbique à haute dose a induit une deuxième rémission complète. Le rapport de cas est illustré par des radiographies en série. L’importance de la réponse thérapeutique est brièvement discutée en relation avec les schémas généraux de prise en charge du cancer.


Ascorbate supplémentaire dans le traitement de soutien du cancer : Prolongation des temps de survie dans le cancer humain en phase terminale

Supplemental ascorbate in the supportive treatment of cancer: prolongation of survival times in terminal human cancer. Cameron E., Pauling L. Proc. Natl. Acad. Sci. U. S. A. 1976;73(10):3685–3689. PMC431183 GRATUIT

Abstrait : Le métabolisme de l’acide ascorbique est associé à un certain nombre de mécanismes connus pour être impliqués dans la résistance de l’hôte aux maladies malignes. Les patients cancéreux sont considérablement appauvris en acide ascorbique et, à notre avis, cette caractéristique biochimique démontrable indique un besoin et une utilisation considérablement accrus de cette substance pour potentialiser ces divers facteurs de résistance de l’hôte. Les résultats d’un essai clinique sont présentés dans lesquels 100 patients cancéreux en phase terminale ont reçu un supplément d’ascorbate dans le cadre de leur prise en charge de routine. Leur progression est comparée à celle de 1000 patients similaires traités à l’identique, mais n’ayant reçu aucun ascorbate supplémentaire. 

Le temps de survie moyen est plus de 4,2 fois plus important pour les sujets ascorbates (plus de 210 jours) que pour les témoins (50 jours). L’analyse des courbes de survie-temps indique que les décès surviennent pour environ 90% des patients traités par ascorbate à un tiers du taux pour les témoins et que les 10% restants ont un temps de survie beaucoup plus long, en moyenne plus de 20 fois celui des témoins. 

Les résultats indiquent clairement que cette forme de médicament simple et sûre est d’une valeur indéniable dans le traitement des patients atteints d’un cancer avancé.


Ascorbate supplémentaire dans le traitement de soutien du cancer : réévaluation de l’allongement des temps de survie dans le cancer humain en phase terminale

Supplemental ascorbate in the supportive treatment of cancer: reevaluation of prolongation of survival times in terminal human cancer. Cameron E., Pauling L. Proc. Natl. Acad. Sci. U. S. A. 1978;75(9):4538–4542. PMC336151 GRATUIT

Abstrait : Une étude a été réalisée sur les temps de survie de 100 patients cancéreux en phase terminale qui ont reçu un supplément d’ascorbate, généralement 10 g / jour, dans le cadre de leur prise en charge de routine et de 1000 témoins appariés, des patients similaires qui avaient reçu le même traitement à l’exception de l’ascorbate. Les deux groupes de patients étaient en partie les mêmes que ceux utilisés dans notre étude antérieure [Cameron, E. & Pauling, L. (1976) Proc. Natl. Acad. Sci. Etats-Unis73, 3685-3689]. Les tests confirment que les patients traités par l’ascorbate et les témoins appariés sont des sous-populations représentatives de la même population de patients «incurables». 

Les temps de survie ont été mesurés non seulement à partir de la date de «non traitabilité», mais également à partir de la date précisément connue de la première hospitalisation pour le cancer qui a finalement atteint le stade terminal. 

Les patients traités par ascorbate se sont avérés avoir un temps de survie moyen d’environ 300 jours supérieur à celui des témoins. Des durées de survie supérieures à 1 an après la date de non-traitement ont été observées pour 22% des patients traités par ascorbate et pour 0,4% des témoins. 

Le temps de survie moyen de ces 22 patients traités par ascorbate est de 2,4 ans après avoir atteint le stade apparemment terminal ; 8 des patients traités par ascorbate sont toujours en vie


Etudes années 1980-89

L’étude suivante est 100% négative, puisqu’elle n’a utilisé que 10 grammes sur des patients dans un état avancé, alors qu’il peut en falloir 100 à 300 grammes par jour pour réussir. Pourquoi ne pas la rendre gratuite aux yeux de tous ?

Vitamine C à forte dose versus placebo dans le traitement des patients atteints d’un cancer avancé n’ayant jamais subi de chimiothérapie. Une comparaison randomisée en double aveugle

High-dose vitamin C versus placebo in the treatment of patients with advanced cancer who have had no prior chemotherapy. A randomized double-blind comparison C G MoertelT R FlemingE T CreaganJ RubinM J O’ConnellM M Ames. N Engl J Med. 1985 Jan 17;312(3):137-41. PMID: 3880867

Abstrait : Il a été affirmé que la vitamine C à forte dose est bénéfique dans le traitement des patients atteints d’un cancer avancé, en particulier les patients qui n’ont jamais subi de chimiothérapie. Dans une étude en double aveugle, 100 patients atteints d’un cancer colorectal avancé ont été assignés au hasard à un traitement par vitamine C à forte dose (10 g par jour) ou par placebo. Dans l’ensemble, ces patients étaient en très bon état général, avec des symptômes minimes. Aucun n’avait reçu de traitement antérieur avec des médicaments cytotoxiques. La thérapie à la vitamine C n’a montré aucun avantage par rapport à la thérapie placebo en ce qui concerne l’intervalle entre le début du traitement et la progression de la maladie ou la survie des patients. Parmi les patients atteints d’une maladie mesurable, aucun n’a présenté d’amélioration objective. Sur la base de cette étude et de notre précédente étude randomisée. (Il faut payer pour lire la suite de cette étude)


Etudes années 1990-99

L’étude suivante, malgré une quantité infime de vitamine C, 60 mg par jour, a quand même démontré un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires.

Interrelation entre la vitamine C, l’infection, les facteurs hémostatiques et les maladies cardiovasculaires

Interrelation of vitamin C, infection, haemostatic factors, and cardiovascular disease. BMJ. 17 juin 1995. KT Khaw 1,  P Woodhouse – PMC2549940 GRATUIT

Objectif: Examiner l’hypothèse selon laquelle l’augmentation de la concentration de fibrinogène et des infections respiratoires en hiver est liée aux variations saisonnières du statut en vitamine C (évalué par la concentration sérique d’ascorbate).

Conception: étude longitudinale d’individus vus à intervalles de deux mois sur un an. Sujets: 96 hommes et femmes âgés de 65 à 74 ans vivant chez eux. Principaux critères de jugement : facteurs hémostatiques fibrinogène et facteur VIIC; protéines de phase aiguë; symptômes respiratoires; fonction respiratoire.

Résultats: L’apport alimentaire moyen en vitamine C variait d’environ 65 mg / 24 h en hiver à 90 mg / 24 h en été ; la concentration sérique moyenne d’ascorbate variait de 50 mumol / l en hiver à 60 mumol / l en été. La concentration sérique d’ascorbate était fortement inversement proportionnelle aux facteurs hémostatiques fibrinogène et facteur VIIC ainsi qu’aux protéines de la phase aiguë, mais pas aux symptômes respiratoires autodéclarés ou au nombre de neutrophiles. La concentration sérique d’ascorbate était également liée positivement au volume expiratoire forcé en une seconde. Une augmentation de la vitamine C alimentaire de 60 mg par jour (environ une orange) a été associée à une diminution des concentrations de fibrinogène de 0,15 g / l, équivalente (selon des études prospectives) à une baisse d’environ 10% du risque de cardiopathie ischémique.

Conclusion: Un apport élevé en vitamine C a été suggéré comme protecteur à la fois contre les infections respiratoires et les maladies cardiovasculaires. Ces résultats soutiennent l’hypothèse selon laquelle la vitamine C peut protéger contre les maladies cardiovasculaires grâce à un effet sur les facteurs hémostatiques au moins en partie grâce à la réponse à l’infection ; cela peut avoir des implications à la fois pour notre compréhension des mécanismes pathogénétiques des maladies respiratoires et cardiovasculaires et pour la prévention de telles conditions.

Etudes 2000 – 2009

L’étude suivante est 100% négative, puisqu’elle n’a utilisé que 1 à 3 grammes pour le rhume, alors qu’il peut en falloir 30 à 100 grammes par jour pour réussir. Pourquoi ne pas la rendre gratuite aux yeux de tous ?

Méga-dose de vitamine C dans le traitement du rhume : un essai contrôlé randomisé.

Mega-dose vitamin C in treatment of the common cold: a randomised controlled trial. Med J Aust. 2001 Oct 1;175(7):359-62. C Audera 1R V PatulnyB H SanderR M DouglasPMID: 11700812

Objectif : Déterminer l’effet de fortes doses de vitamine C dans le traitement du rhume. Conception de l’ étude : double-aveugle, essai clinique randomisé avec quatre groupes d’intervention: la vitamine C à des doses quotidiennes de 0,03 g ( « placebo »), 1 g, 3 g ou 3 g avec des additifs ( « Bio-C ») pris au début d’une froid et pendant les deux jours suivants. Participants et cadre : 400 volontaires sains ont été recrutés parmi le personnel et les étudiants de l’Université nationale australienne, Canberra, ACT, entre mai 1998 et novembre 1999. L’essai s’est poursuivi pendant 18 mois. Interventions : Les participants devaient commencer à prendre des médicaments lorsqu’ils avaient présenté des symptômes précoces d’un rhume pendant quatre heures et enregistrer quotidiennement leurs symptômes, leur gravité, leurs visites chez le médecin et l’utilisation d’autres médicaments. Principales mesures des résultats : durée des symptômes et des épisodes de rhume; scores cumulatifs de gravité des symptômes après 7, 14 et 28 jours; visites chez le médecin; et si les participants ont deviné quel médicament ils prenaient.

Résultats : 149 participants ont renvoyé des enregistrements pour 184 épisodes froids. Aucune différence significative n’a été observée dans aucune mesure de la durée ou de la gravité du froid entre les quatre groupes de médicaments. Bien que les différences ne soient pas significatives, le groupe placebo présentait la durée la plus courte des symptômes nasaux, systémiques et globaux, et le score de gravité moyen le plus bas à 14 jours, et le deuxième plus faible à 7 et 28 jours.

Conclusions: Des doses de vitamine C supérieures à 1 g par jour prises peu de temps après l’apparition d’un rhume n’ont pas réduit la durée ou la gravité des symptômes du rhume chez des volontaires adultes en bonne santé par rapport à une dose de vitamine C inférieure à l’apport quotidien minimum recommandé.


Vitamin C inactivates the proteasome inhibitor PS-341 in human cancer cells.

Zou W., Yue P., Lin N. Clin. Cancer Res. 2006;12(1):273–280. PMID: 16397052 GRATUIT


Intravenously administered vitamin C as cancer therapy: three cases.

Padayatty S.J., Riordan H.D., Hewitt S.M. CMAJ. 2006;174(7):937–942. PMC1405876 GRATUIT


Efficacy and safety of melphalan, arsenic trioxide and ascorbic acid combination therapy in patients with relapsed or refractory multiple myeloma: a prospective, multicentre, phase II, single‐arm study.

Berenson J.R., Boccia R., Siegel D., Bozdech M., Bessudo A., Stadtmauer E., Talisman Pomeroy J., Steis R., Flam M., Lutzky J., Jilani S. Br. J. Haematol. 2006;135(2):174–183. PMID: 17010047


Changes of terminal cancer patients’ health-related quality of life after high dose vitamin C administration.

Yeom C.H., Jung G.C., Song K.J. J. Korean Med. Sci. 2007;22(1):7–11. PMC2693571 GRATUIT


Phase I clinical trial of i.v. ascorbic acid in advanced malignancy.

Hoffer L.J., Levine M., Assouline S. Ann. Oncol. 2008;19(11):1969–1974. PMID: 18544557


Antioxidants block proteasome inhibitor function in endometrial carcinoma cells.

Llobet D., Eritja N., Encinas M. Anticancer Drugs. 2008;19(2):115–124. PMID: 18176107


Vitamin C antagonizes the cytotoxic effects of antineoplastic drugs.

Heaney M.L., Gardner J.R., Karasavvas N. Cancer Res. 2008;68(19):8031–8038. PMC3695824 GRATUIT


Chen Q., Espey M.G., Sun A.Y. Pharmacologic doses of ascorbate act as a prooxidant and decrease growth of aggressive tumor xenografts in mice. Proc. Natl. Acad. Sci. U. S. A. 2008;105(32):11105–11109. PMC2516281 GRATUIT


Pharmacologic concentrations of ascorbate are achieved by parenteral administration and exhibit antitumoral effects.

Verrax J., Calderon P.B. Free Radic. Biol. Med. 2009;47(1):32–40. PMID: 19254759


Ascorbic acid inhibits antitumor activity of bortezomib in vivo.

Perrone G., Hideshima T., Ikeda H. Leukemia. 2009;23(9):1679–1686. PMID: 19369963


Etudes 2010 – 2019

Preclinical evaluation of the antitumor activity of bortezomib in combination with vitamin C or with epigallocatechin gallate, a component of green tea.

Bannerman B., Xu L., Jones M. Cancer Chemother. Pharmacol. 2011;68(5):1145–1154. PMC3215871 GRATUIT


Intravenous vitamin C administration improves quality of life in breast cancer patients during chemo-/radiotherapy and aftercare: results of a retrospective, multicentre, epidemiological cohort study in Germany.

Vollbracht C., Schneider B., Leendert V. In Vivo. 2011;25(6):983–990. PMID: 22021693


Phase I evaluation of intravenous ascorbic acid in combination with gemcitabine and erlotinib in patients with metastatic pancreatic cancer.

Monti D.A., Mitchell E., Bazzan A.J. PLoS One. 2012;7(1). PMC3260161 GRATUIT


A randomized phase 2 trial of a preparative regimen of bortezomib, high‐dose melphalan, arsenic trioxide, and ascorbic acid.

Sharma M., Khan H., Thall P.F., Orlowski R.Z., Bassett R.L., Jr, Shah N., Bashir Q., Parmar S., Wang M., Shah J.J., Hosing C.M. Cancer. 2012;118(9):2507–2515. PMC4015116 GRATUIT


Pharmacological ascorbate with gemcitabine for the control of metastatic and node-positive pancreatic cancer (PACMAN): results from a phase I clinical trial.

Welsh J.L., Wagner B.A., van’t Erve T.J. Cancer Chemother. Pharmacol. 2013;71(3):765–775. PMC3587047 GRATUIT


High-dose parenteral ascorbate enhanced chemosensitivity of ovarian cancer and reduced toxicity of chemotherapy.

Ma Y., Chapman J., Levine M. Sci. Transl. Med. 2014;6(222) – PMID: 24500406


High-dose intravenous vitamin C combined with cytotoxic chemotherapy in patients with advanced cancer: a phase I-II clinical trial.

Hoffer L.J., Robitaille L., Zakarian R. PLoS One. 2015;10(4) – PMC4388666 GRATUIT


Shenoy N. Upregulation of TET activity with ascorbic acid induces epigenetic modulation of lymphoma cells. Blood Cancer J. 2017;7:e587. PMC5549257 GRATUIT


Agathocleous M. Ascorbate regulates haematopoietic stem cell function and leukaemogenesis. Nature. 2017;549:476–481. PMC5910063 GRATUIT


Xia J. Multiple myeloma tumor cells are selectively killed by pharmacologically-dosed ascorbic acid. EBioMedicine. 2017;18:41–49. PMC5405162 GRATUIT


Lu Y.-X. Pharmacological ascorbate suppresses growth of gastric cancer cells with GLUT1 overexpression and enhances the efficacy of oxaliplatin through redox modulation. Theranostics. 2018;8:1312–1326. PMC5835938 GRATUIT


Wilkes J.G. Pharmacologic ascorbate (P-AscH-) suppresses hypoxia-inducible Factor-1α (HIF-1α) in pancreatic adenocarcinoma. Clin. Exp. Metastasis. 2018;35:37–51. PMC5959274 GRATUIT


Mingay M. Vitamin C-induced epigenomic remodelling in IDH1 mutant acute myeloid leukaemia. Leukemia. 2018;32:11–20. PMC5770587 GRATUIT


Peng D. Vitamin C increases 5-hydroxymethylcytosine level and inhibits the growth of bladder cancer. Clin. Epigenetics. 2018;10:94. PMC6045833 GRATUIT


Phase I study of high-dose ascorbic acid with mFOLFOX6 or FOLFIRI in patients with metastatic colorectal cancer or gastric cancer.

Wang F., He M.M., Wang Z.X. BMC Cancer. 2019;19(1):460. PMC6524297 GRATUIT


Ngo B., Van Riper J.M., Cantley L.C., Yun J. Targeting cancer vulnerabilities with high-dose vitamin C. Nat. Rev. Cancer. 2019;19(5):271–282. PMC6526932 GRATUIT


Magrì A., Germano G., Lorenzato A., Lamba S., Chilà R., Montone M., Amodio V., Ceruti T., Sassi F., Arena S., Abrignani S. High-dose vitamin C enhances cancer immunotherapy. Sci. Transl. Med. 2020;12(532) – PMID: 32102933 GRATUIT


Listes de publications recommandées :

Plus de 250 études publiées documentant la validité de la VCI en tant que modalité de soins d’appoint contre le cancer

Over 250 Published Studies Documenting The Validity of IVC as an Adjunctive Cancer Care Modality https://www.drstewartsclinic.com/iv-vitamin-c-studies

Cette liste sous format PDF https://ddad0671-edbf-4ef2-a6c0-c05bb75d3a1d.filesusr.com/ugd/22a76c_2409229ee2f84bc98c747d72128eacaa.pdf


Éric Darche, naturopathe, plusieurs centaine


Dr Jockers 22 references

https://store.drjockers.com/products/super-c


Ascorbate Web

An historical compendium of 20th-Century medical & scientific literature attesting to the efficacy of Ascorbate https://www.seanet.com/~alexs/ascorbate/


Heart Disease and Vitamin C

Early References, G. C. Willis (1953 – 1957) http://www.vitamincfoundation.org/pdfs/


Linus Pauling Institute

Micronutrient Information Center, 208 études, https://lpi.oregonstate.edu/mic/vitamins/vitamin-C#cardiovascular-disease-prevention


Artcile avec 195 références

https://www.foundmyfitness.com/topics/vitamin-c#vitamin-c-39-s-mechanisms-of-action

Retour haut de page