Intro à la super vitamine C

Conférence en Français sur la vitamine C, à voir absolument !

conference dumestre

Conférence du 10 Octobre 2009, par Michel DUMESTRE,
Naturopathe spécialiste en thérapie orthomoleculaire :

Cliquez la photo ou sur ce lien pour ouvrir la vidéo.

De nombreuses informations sur les effets miraculeux de la vitamine C, avec de nombreux exemples et citations de médecins connus.

La vitamine C intracellulaire ralentit le vieillissement

Une étude scientifique prouve que la vitamine C présente dans les cellules ralentit leur vieillissement.

Traduction du résumé de l’étude : Le raccourcissement des télomères dû au vieillissement est ralenti par l’enrichissement intracellulaire en vitamine C, par la suppression du stress oxydatif. [1]
Dans cette étude sur des cellules vasculaires humaines, ces cellules qui tapissent les parois de nos veines et artères, ils ont reussi à ralentir le raccourcissement des télomères de 52 à 62% ! Soit 2 fois moins vite.
Ils ont obtenu ces résultats en fournissant de l’acide ascorbique à ces cellules, achevant ainsi un allongement significatif de leur durée de vie, et retardant le gonflement des cellules, qui est un signe de vieillissement.
De plus, la baisse d’activité de la télomérase qui occure progressivement dans toute cellule, a été ralentie de façon significative par la supplémentation en acide ascorbique (Asc2P – Asc-2-O-phosphate).
Ainsi, le raccourcissement des télomères qui accompagne le vieillissement peut être ralenti par la suppression du stress oxydatif intracellulaire, et/ou par la rétention de la télomérase, deux choses possibles par l’enrichissement en acide ascorbique intracellulaire, mais pas par de l’acide ascorbique extracellulaire qui est pourtant plus abondant.

 Voilà donc l’explication des effets extraordinaires de la vitamine C Liposomique (ou Liposomale). C’est le fait qu’elle soit délivrée intacte aux cellules, grâce aux micro-sphères de liposomes (acides gras essentiels) qui l’empêchent d’être oxydée durant son passage dans l’estomac et le sang, et qui en plus la délivrent directement dans la cellule, grâce à leur attachement sur la paroi même des cellules, d’où la vitamine C peut être directement transférée au sein de la cellule.

Cette étude met en lumière l’importance de délivrer l’acide ascorbique au sein même de la cellule, car alors elle protège celle-ci des stress oxydatifs créés par les radicaux libres. C’est pourquoi les médecins qui utilisent cette forme Liposomique de vitamine C obtiennent des effets dramatiquement plus importants qu’avec de la vitamine C orale ou même injectée par intraveineuse.
Le Dr Levy, un cardiologue spécialiste des cures grâce aux antioxidants, vitamine C et glutathione, parle d’elle comme étant équivalente à au moins 10 fois sa quantité en vitamine C intraveineuse ! Donc 1 gramme de vitamine C Liposomale a plus d’effets en matière de santé qu’une injection directe dans le sang de 10 grammes d’acide ascorbique non encapsulé par des liposomes. [2] [3]

De nombreuses personnes ont déjà eu leur vie sauvée par cette forme de vitamine C encapsulée dans des liposomes, j’y reviendrai dans un autre article.

En tout cas nous savons désormais que cette « Lipo C » va aussi permettre de retarder le vieillissement en protégeant la télomérase et les télomères de nos cellules.

Plus la science progresse, plus nous vivons longtemps et en bonne santé. Toutefois les résultats de ces études scientifiques très importants restent peu connus du grand public Francophone, de part leur source en Anglais, mais aussi par la faute des grands médias qui vivent de la publicité pour les cosmétiques inefficaces vendus par les grands groupes chimico-pharmaceutiques, et qui ne peuvent donc pas parler des produits alternatifs qui permettent de donner la bonne santé aux gens, mais qui feraient perdre des milliards à ces immenses entreprises.
Alors heureusement nous avons internet et quelques sites internet actifs qui diffusent ces informations vitales.

Les références citées :
[1] PMID: 9747894. Age-dependent telomere shortening is slowed down by enrichment of intracellular vitamin C via suppression of oxidative stress. Furumoto K. Source : Department of Cell Biochemistry, Hiroshima Prefectural University School of BioSciences, Shobara, Japan. Disponible ici
[2] La transcription du discours du Dr Levy
[3] Livre sur la Vitamine C du Docteur Levy
[4] Une nouvelle conférence d’une heure trente par le Dr Levy, en Anglais

Introduction sur la vitamine C

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine_C

La vitamine C est une vitamine hydrosoluble sensible à la chaleur et à la lumière jouant un rôle important dans le métabolisme de l’être humain. Chimiquement parlant, il s’agit de l’acide L-ascorbique.

La vitamine C se trouve sous forme de poudre ou cristaux blancs à légèrement jaune, elle est inodore.

La vitamine C est un cofacteur enzymatique impliqué dans un certain nombre de réactions physiologiques (hydroxylation). Elle est requise dans la synthèse du collagène et des globules rouges et contribue au système immunitaire. Elle joue également un rôle dans lemétabolisme du fer en tant que promoteur de son absorption; son utilisation est donc déconseillée chez les patients porteurs d’une surcharge en fer et particulièrement d’une hémochromatose.

Alors que la plupart des mammifères sont capables de la synthétiser dans leur foie ou dans leurs reins (ce n’est donc pas une vitaminepour eux), la majorité des primates (dont l’être humain), le cochon d’Inde et certains oiseaux et poissons en sont incapables. Ceci est le résultat d’une mutation génétique, survenue il y a 40 millions d’années, bloquant la transformation du glucose en acide ascorbique. Les animaux dépourvus de cette capacité de synthèse de la vitamine C doivent donc la puiser dans leur alimentation.

Les recommandations européennes conseillent un apport quotidien de 75 mg pour la femme et de 90 mg pour l’homme. À titre d’exemple, une orange apporte en moyenne 53 mg de vitamine C (40 à 80 mg par 100 g).
En France, l’AFSSA recommande un apport journalier de 110 mg pour un adulte de 20 à 60 ans. Les personnes exposées davantage aux effets nocifs des oxydants, comme les fumeurs, ont des besoins accrus en vitamine C.

Certains scientifiques, comme Linus Pauling (double prix Nobel), considèrent que les apports nutritionnels recommandés devraient être d’au moins 6 000 mg, voire 18 000 mg.

Chez les primates en liberté, les analyses nutritionnelles font état d’une consommation quotidienne de 2 000 à 8 000 mg par jour pour des primates d’un poids comparable (chimpanzés) ou légèrement supérieur (gorilles) à celui de l’homme. On recommande 25 milligrammes de vitamine C par kilogramme de poids chez tous les primates en captivité, soit, pour un chimpanzé de poids moyen (70 kg), 1750 mg par jour.

Une importante carence en vitamine C, très rare, provoque le scorbut,lorsque l’apport est de moins de 10 mg par jour. Les hypovitaminoses plus discrètes sont très répandues et se traduisent par de l’asthénie, un amaigrissement, des maux de tête, des douleurs osseuses, une plus grande sensibilité aux infections et parfois des problèmes hémorragiques.

Le Pr Linus Pauling considère les maladies cardiovasculaires et diverses autres problèmes de santé comme étant le résultat de la forme chronique (à long terme) du scorbut.

La vitamine C est non toxique pour un individu en bonne santé. Une idée reçue voudrait que la vitamine C empêche de dormir mais c’est faux.

Depuis sa synthèse dans les années 1930, la vitamine C est utilisée à toutes doses à travers le monde. Les seuls effets secondaires associés à son utilisation et qui soient établis sont la diarrhée bénigne et une action diurétique. Celles-ci surviennent lorsqu’elle est consommée trop rapidement et en trop grande quantité. L’organisme ne pouvant la stocker, il en élimine ainsi l’excès.

Les symptômes d’un surdosage en vitamine C peuvent être : nausée, vomissements, céphalées, éruptions cutanées, asthénie.

La tolérance intestinale désigne la quantité de vitamine C qui peut être absorbée par l’intestin dans un temps donné. Lorsque cette quantité est atteinte, la vitamine C non absorbée est éliminée dans les selles. Durant son trajet, elle attire de l’eau dans l’intestin ce qui produit une diarrhée passagère. Ceci est une des raisons pour lesquelles on ne peut pas s’intoxiquer avec de la vitamine C.Certains scientifiques proposent l’hypothèse que la vitamine C étant une vitamine hydrosoluble, une ingestion insuffisante d’eau de dilution au moment de la prise de vitamine C pourrait être à l’origine des troubles intestinaux.

Les quantités produites par les animaux varient en fonction de leur état de stress et santé ; un animal stressé ou malade peut produire plusieurs dizaines de grammes par jour. On peut mettre en parallèle cette production variable d’ascorbate chez les animaux avec la variabilité de la tolérance intestinale chez l’être humain. Lorsqu’un humain est malade ou stressé, sa tolérance intestinale à la vitamine C augmente, ce qui lui permet d’absorber plus de vitamine C qu’en temps normal. La variabilité de la tolérance intestinale suggère un besoin accru de l’organisme en vitamine C dans les périodes de stress ou de maladies, comme on l’observe chez les animaux qui synthétisent la vitamine C.

La production mondiale annuelle d’acide L-ascorbique est de 80 000 tonnes, dont la moitié est utilisée dans les industries pharmaceutiques et parapharmaceutiques, 25% dans l’agroalimentaire comme conservateur (E300, E301, E302), 15% dans la fabrication de boissons, le reste étant utilisé pour la nutrition des animaux.

Des études cliniques montrent

– que la consommation de vitamine C n’augmente pas et même réduit l’incidence de calculs rénaux.

– que la vitamine C n’a pas d’effet mutagène (étude sur des doses allant jusqu’à 5 000 mg par jour).

– Les études in vivo montrent que la vitamine C, même en présence de métaux de transition n’a pas d’effet mutagène et qu’au contraire elle protège les cellules de l’action mutagène du peroxyde d’hydrogène.

– Une étude datant de 1986 indique que la vitamine C pourrait avoir un rôle important dans la régulation de la synthèse du cholestérol.

– En 1939, on a signalé que 34 travailleurs ayant absorbé du plomb avaient été traités au moyen de la vitamine C. Récemment, une étude sur des animaux a montré que la vitamine C avait un effet protecteur contre l’intoxication au plomb sur les plans des fonctions nerveuses et musculaires. Chez des fumeurs, l’administration de 1 000 mg de vitamine C a permis une réduction moyenne de 81 % des concentrations sanguines de plomb, tandis que 200 mg sont restés sans effet. Les auteurs ont donc conclu que la supplémentation de vitamine C pourrait représenter une façon économique et pratique de faire baisser les concentrations de plomb dans le sang.

– Selon des études réalisées en 1967 et 1993 une supplémentation en vitamine C diminuerait la sévérité des symptômes chez les enfants atteints d’autisme, mais la posologie optimale reste à déterminer.

– Chez des hommes infertiles, on a montré qu’un supplément de vitamine C améliorait la qualité du sperme (morphologie et mobilité des spermatozoïdes) et augmentait le nombre de spermatozoïdes.

– Une des maladies dont le traitement éventuel par des doses pharmacologiques d’ascorbate est le plus controversé est le SIDA. La controverse dure depuis plus de 16 ans, c’est-à-dire depuis la publication d’une étude montrant que l’ascorbate, en doses non-toxiques pour l’homme, arrêtait la réplication du VIH, dans le journal les Proceedings of National Academy of Sciences des États-Unis. D’autres études ont suivi et ont étayé ces résultats, mais aucune étude clinique d’envergure n’a été entreprise.

– Dans le cadre du traitement contre le cancer, Linus Pauling s’inspirant des travaux d’Irwin Stone, donne l’idée d’un apport en acide ascorbique beaucoup plus important que suggéré par les AJR (de l’ordre de 10 à 20 g par jour). Cette théorie est reprise par d’autres scientifiques, dont Matthias Rath. Selon une étude parue en 2008 de l’Institut américain de la santé, l’acide ascorbique (vitamine C) injecté par voie intraveineuse à fortes doses réduirait de moitié la croissance des tumeurs de souris de laboratoire.

– Le médecin australien Archie Kalokerinos, supporter des thèses de Linus Pauling sur la médecine orthomoléculaire et la vitamine C, émet en 1981 l’hypothèse que la forte mortalité infantile observée chez les enfants aborigènes, et notamment la mort subite du nourrisson, seraient dues à un manque de vitamine C et donc au scorbut. Et que cette mortalité serait de plus aggravée par les vaccinations.

– Le docteur américain Claus Washington Jungeblut avait émis en 1935 l’hypothèse que la vitamine C puisse inactiver le virus de la poliomyélite. Il publia une série de papiers entre 1936 et 1939 dans lesquels il montrait que l’administration d’acide ascorbique chez des singes infectés diminuait la sévérité de la maladie. Albert Sabin essaya de reproduire ces résultats mais n’y parvint pas, ce qui mit un terme à cette voie de recherche. Le docteur Fred R. Klenner déclara devant l’Association de nutrition appliquée des États-Unis que Sabin avait refusé de suivre les conseils de Jungleblut sur la dose de vitamine C nécessaire et avait imposé à ses singes rhésus une charge virale bien plus importante que dans les expériences initiales. Klenner, quant à lui, annonça des résultats cliniques obtenus notamment lors de l’épidémie de 1948 confirmant les résultats de Jungleblut.

– Des quantités entre 1 000 mg et 3000 milligrammes par jour (fractionnées en plusieurs prises du fait d’un risque de toxicité rénale) sont proposées à titre d’essai thérapeutique dans le traitement d’une maladie neurologique héréditaire, la maladie de Charcot-Marie-Tooth type 1A. L’essai clinique mené chez ces patients n’a pu être envisagé qu’après la réalisation d’un essai pré-clinique, mené sur un modèle murin de la maladie montrant des résultats encourageants.

– La prise de vitamine C pourrait diminuer le risque de survenue de goutte.

– La vitamine C, injectée précocement par voie intraveineuse, fait partie du traitement de l’intoxication phalloïdine proposé par le docteur Pierre Bastien.

– Les maladies liées à l’âge et les dysfonctionnements immunitaires qui y sont associés pourraient, être limités par l’absorption de suppléments de vitamine C.

La médecine orthomoléculaire prônée notamment par Linus Pauling, prix Nobel de chimie, et Matthias Rath, recommande une consommation de vitamine C de 2 à 20 g par jour qui peut être augmentée en cas de maladie, en se basant sur les premiers travaux d’Irwin Stone. Linus Pauling a étudié le rôle de la vitamine C dans la prévention du rhume et le traitement du cancer. Cette vitamine , administrée « sous une forme adéquate, au moyen de techniques appropriées, en doses suffisamment fréquentes, en doses suffisamment élevées, en conjonction avec certains agents et pour une période suffisante », serait capable de prévenir voire de guérir un grand nombre de maladies, notamment la grippe, le cancer ou les maladies coronariennes.


La super vitamine C qui sauve des vies !

Bonjour,
Je viens de réaliser que je n’avais pas encore donné la traduction de l’étiquette de la vitamine C liposomale, alors voilà, c’est chose faite.

La technologie d’encapsulation dite liposomique ou « Liposomale » ou « Liposphérique » permet de protéger le produit encapsulé contre les attaques dans l’estomac et dans le sang, et permet donc de délivrer le produit directement dans le sang, où il pourra ensuite être véhiculé intact jusqu’aux cellules.
Les tests en laboratoire et en clinique montrent des résultats très au-dessus de ce que l’on peut faire avec le même produit délivré normalement en pilule ou gélule ou même en intraveineuse !

Dans le cas de cette vitamine C Liposomale que le Dr Thomas Levy utilise depuis plusieurs années déjà, il dit :
« J’ai trouvé constamment que 5 ou 6 grammes de vitamine C liposomale est plus efficace cliniquement, en réalité beaucoup plus efficace que 50 grammes de vitamine C délivrée intraveineusement. »

Quand on sait à quel point les intraveineuses sont beaucoup plus efficaces que les comprimés, car elles délivrent le produit directement dans le sang, on est enthousiaste en lisant les résultats de l’encapsulation liposomique qui donne même des résultats bien meilleurs que les intraveineuses !
Le secret est dans le fait que le produit est protégé par la micro-sphère liposomique, et n’en sort que quand la sphère entre en contact avec la surface d’une cellule. Le produit est alors transféré directement dans la cellule, à travers la membrane extérieure, et est donc encore intact lors de sa livraison directement au cœur de la cellule !

On parle donc de 98% de biodisponibilité, ce qui signifie qu’au moins 98% du produit est délivré et utilisable directement par l’organisme.

Bien sûr de nombreux produits peuvent être encapsulés de cette façon pour une livraison directement au cœur de la cellule, mais le coût est élevé, car pour obtenir un produit de haute qualité comme celui vendu par Sanus-Q, il faut beaucoup de temps et de précision. Ce produit est fabriqué en Allemagne par un laboratoire de dernière génération.

Ce fabricant a choisi d’ajouter du glutathion à sa vitamine C, malgré le coup de fabrication supplémentaire important, car le glutathion est le plus important antioxydant pour le corps humain, et le seul qui peut être recyclé indéfiniment par les cellules, et aussi parce qu’il est bien connu comme agissant en synergie avec la vitamine C, augmentant encore son activité réparante et régénérante et détoxifiante.

Chaque petite cuillère de cette vitamine C Liposomique apporte donc 1 gramme de vitamine C + 30 mg de glutathion, ce qui équivaut selon le Dr Levy à plus de 50 grammes de vitamine C injectée par intraveineuse.
Il a sauvé de nombreuses personnes en leur donnant ce type de vitamine C, et l’utilise même contre les piqûres de serpent en lieu et place d’antidote, tellement son pouvoir antioxydant et neutraliseur de toxines est puissant 

Qu’est-ce que la Vitamine C Liposomique/Liposomale ?

Des essais cliniques récents par le pharmacologue et expert mondialement reconnu de la Vitamine C, le Dr Steve Hickey, montrent que la vitamine C Liposomique est capable de produire des niveaux de vitamine C presque deux fois plus élevés que ceux qu’on croyait possibles avec toute forme de vitamine C par prise orale.

Secouez la bouteille et versez une petite cuillère du liquide dans votre jus préféré ou de l’eau ou toute autre boisson froide. Vous pouvez aussi mettre cette vitamine C liquide directement dans votre bouche et l’avaler telle qu’elle. Les liposomes sous forme de gelée se dispersent en les remuant et un bon goût d’ambre est ajouté à votre boisson. C’est facile à avaler et bientôt des millions de micro-sphères Liposomiques “intelligentes”, chargées de vitamine C vont courir vers votre foie. Une fois là-bas, les phospholipides essentiels et la vitamine C seront libérés pour effectuer leur puissant travail d’amélioration de votre santé et de rajeunissement ! *

Chaque petite cuillère presque rase de 4 ml de vitamine C liposomique contient 1.000 mg de vitamine C + 1.000 mg de phospholipides “essentiels” et 20 mg de glutathion, cet antioxydant essentiel. C’est la vitamine la plus bio-disponible, anti-âge, améliorant la santé et facile à avaler que vous puissiez trouver en vente.

La vitamine C encapsulée dans les phospholipides est d’une couleur allant de orange à marron foncé.

Dosage et utilisation

Comme supplément alimentaire, une à deux petites cuillères par jour, pour le coeur, le foie, les reins, la circulation, les glandes et la santé cellulaire. Pour de meilleurs résultats, secouez la bouteille avant utilisation, videz 4 ml dans une petite cuillère, et faites mélanger avec votre salive avant de l’avaler sur un estomac vide, et attendez au moins 15 minutes avant de manger. Nous ne recommandons pas de mélanger le produit avec une boisson chaude ou de le passer dans un mixeur ou autre robot de cuisine.

Instructions de stockage
Conservez au frigo. Ne congelez pas ni n’exposez le produit directement au soleil pour de longues périodes de temps.

Durée de conservation
Quand elle est conservée correctement, la vitamine C liposomale reste efficace à 100% pendant au moins 12 mois à partir de la date d’achat. La date d’expiration est indiquée au bas de chaque bouteille, sous la forme « MMAA »

Note: Il est recommandé de ne prendre aucune forme de vitamine C avec des prescriptions de Coumadin ou Warfarin.

Biodisponibilité de la Vitamine C Liposomique

La Biodisponibilité de la Vitamine C Liposomale Comparée aux Autres Types de Vitamine C

La biodisponibilité se définit comme la quantité de nutriments ou de vitamines qui peut être utilisée ou absorbée par le corps. La plupart des vitamines et des nutriments sont solubles dans l’eau, ce qui signifie qu’ils ne peuvent être absorbés facilement dans la mesure où ils rencontrent d’énormes difficultés à franchir les parois graisseuses des structures cellulaires. C’est comme si l’on essayait de briser un mur de briques avec un cure-dents, c’est dire comme c’est inefficace.

La Vitamine C Liposomale diffère des autres types de vitamine C car elle est liposoluble. Afin que l’absorption dans le corps puisse avoir lieu, les molécules doivent être capables de pénétrer les cellules à l’échelle microscopique. Pour poursuivre la métaphore évoquée plus haut, c’est comme si un rayon de soleil brillait à travers un panneau de verre transparent. Le soleil passe à travers sans aucun problème, et apporte chaleur et lumière à l’intérieur du verre.

La vitamine C Liposomale est bien plus petite que l’acide L-ascorbique classique soluble dans l’eau, la vitamine C que l’on trouve dans les compléments en vente libre et dans certains fruits et légumes. La Vitamine C Liposomale est mise en capsule dans des “boules” de graisse microscopiques en suspension aqueuse, et compte tenu de sa liposolubilité, elle est absorbée par le corps de manière bien plus efficace.

Les tissus cellulaires absorbent seulement 10 à 20% environ des vitamines solubles dans l’eau. Que deviennent les 80-90% restants ? Ils sont éliminés dans l’urine, en tant que déchets. Quel est l’intérêt de prendre quelque chose que le corps n’est pratiquement pas capable d’absorber ?

Comment la Vitamine C Liposomale est-elle administrée ? Jusque récemment, la Vitamine C Liposomale devait être administrée en intra-veineuse par les docteurs. Maintenant, les docteurs ont développé une méthode permettant d’ingérer la Vitamine C Liposomique par voir orale. Les liposomes sont de minuscules molécules en suspension en milieu liquide, qui peuvent être prises à la petite cuillère ou en en mélangeant 5 ml dans 20 à 60 cl de jus, pour les rendre plus attrayantes.

Etant donné que la Vitamine C Liposomique est liposoluble, elle s’avère bien plus efficace que d’avaler un cachet indigeste. Elle est encore plus pratique à prendre maintenant qu’elle est disponible sous forme liquide, et que l’on peut l’acheter sur internet par le biais de distributeurs réputés tels que Sanus-q.com

Les experts en vitamine C révèlent maintenant :

La vitamine C liposomale se montre beaucoup de fois plus puissante que toutes les autres formes de vitamine C par voie orale.

Des essais cliniques récents par le pharmacologue et expert mondialement reconnu de la Vitamine C, Dr Steve Hickey, montrent que la vitamine C Liposomale est capable de produire des niveaux de vitamine C presque deux fois plus élevés que ceux qu’on croyait possibles avec toute forme de vitamine C par prise orale.*

Le Dr. Levy fait la liste des facteurs les plus importants dans une thérapie à la vitamine C.
Pour des Docteurs à la pointe du progrès comme le cardiologue Thomas E. Levy, MD JD, les implications sont renversantes. Dans son livre « Guérir l’inguérissable » (Curing the Incurable), il dit que les trois facteurs vitaux requis pour obtenir les meilleurs résultats avec de la vitamine C sont : « Des doses, Des doses, Des doses! »

D’après le Dr. Levy, la Dose Journalière Recommandée (Recommend Daily Allowance (RDA)) de 60 mg pour la vitamine C est acceptable pour la diététique. Mais pour obtenir le maximum de cet antimicrobien naturel, antitoxines et antioxydant, nous avons tous besoin de bien plus.

Le Pr Pauling recommande de fortes doses de vitamine C en maintenance.
Le gagnant de deux Prix Nobel, Linus Pauling recommande des doses allant jusqu’à 15,000 mg par jour pour obtenir des taux optimums de vitamine C dans le corps. Désormais, avec la vitamine C Lypo-Sphérique (TM), ces niveaux sanguins peuvent être atteints avec des doses bien plus petites et sans les dérangements gastriques et diarrhées associés avec les produits à base de vitamine C traditionnelle.

Le Dr. Thomas Levy au 35ème congrès annuel de l’arbre de vie contre le cancer ( Annual Tree of Life Cancer Convention), sur la découverte de l’efficacité de la vitamine C encapsulée dans des liposomes.


Cliquez ici pour voir la vidéo dans une seconde fenêtre

(Voir aussi la page dediée au Docteur Levy sur ce site, menu en haut à gauche
pour une traduction de cette vidéo).Une large étude montre que ceux qui ont les taux sanguins de vitamine C les plus élevés vivent deux fois plus longtemps que ceux qui ont les taux les moins élevés.

Des taux élevés de vitamine C dans le sang pourraient baisser le risque de mortalité, toutes causes incluses, jusqu’à 50%. C’est la conclusion d’une étude publiée, conduite par le Dr. Key-Tee Khaw à l’Université de Cambridge School of Clinical Medicine (l’université de l’école de médecine clinique de Cambridge)

Les chercheurs ont collecté et analysé les données pour 19.496 femmes et hommes âgés de 45 à 79 ans. Les sujets, qui participaient à l’étude EPIC « Cancer et alimentation » de l’organisme « Investigation Prospective Européenne », branche de Norfolk, ont été suivis pendant 4 ans. Globalement, les 20% ayant les taux de vitamine C les plus élevés avaient 50% de risque de mourir en moins, toutes maladies confondues, par rapport aux 20% qui avaient les taux les moins élevés.

Les liposomes sont le coeur de la technologie d’encapsulation liposomale. Apprenez ce qu’ils sont, ce qu’ils font et comment ils sont fabriqués.

La Technologie d’Encapsulation Liposomale (LET) combine la nanotechnologie et la biotechnologie d’une façon très puissante.
Les spécialistes médicaux ont utilisé la technologie d’encapsulation liposomale pendant des années pour délivrer de faible volumes de substances thérapeutiques à des organes ou tissus spécifiques sans altération et sans affecter les autres parties du corps.

Photo : Un microscope électronique montrant des lipososmes agglomérés, d’une taille moyenne de 120 a 300 nanomètres de diamètre. Cent nanomètres c’est 1/10.000 de millimetre.

Beaucoup de substances améliorant la santé peuvent être encapsulées dans des liposomes sub-microscopiques. Les liposomes ne font pas que protéger le supplément contre les conditions agressives de l’environnement, mais vont aussi délivrer le supplément en bonne et due forme aux organes et structures du corps « cibles ».

Les laboratoires Nature’s Advance ont perfectionné un supplément de vitamine C, appelé Vitamine C liposomale en utilisant des microsphères liposomales « intelligentes ». La technologie d’encapsulation liposomale est une technologie développée spécialement pour les suppléments alimentaires.

Voici comment ça fonctionne …

Un liposome et son contenu

Juste comme une bombe “intelligente” qui peut guider et délivrer une munition à partir d’un avion, à plusieurs kilomètres de distance, dans un bâtiment déterminé, et directement sur la cible, les micro-sphères liposomiques « intelligentes » protègent et délivrent un puissant chargement de vitamine C directement dans les parties du corps qui en ont le plus besoin.

Comme vous le verrez bientôt, la technologie d’encapsulation liposomale est le meilleur système de délivrance et le plus efficace jamais développé jusqu’à aujourd’hui.

La technologie d’encapsulation liposomale tire avantage d’un phénomène naturel peu connu qui rend la vie, telle qu’on la connait, possible. Ce phénomène est la tendance naturelle des phospholipides de former des petites vacuoles ou « bulles » – appelées liposomes – lorsqu’ils sont en solution aqueuse et sous certaines conditions. Les liposomes sont automatiquement remplis de la solution dans laquelle ils étaient avant leur formation. Ce même genre de bulle, appelée membrane, forme une barrière protective autour de quasiment toutes les cellules de votre corps. Nous avons profité de ce phénomène pour créer des liposomes sub-microscopiques qui sont remplis à ras bord avec de la vitamine C liquide.

Les laboratoires Nature’s Advance ajoutent un mélange de « phospholipides essentiels » – principalement phosphatidylcholine – à de l’acide ascorbique de qualité pharmaceutique. Ensuite le mélange est forcé à travers un jet breveté à plus de 1700 psi (117 bar) de pression contre une plaque de formation spéciale. Le fort impacte force les phospholipides à former des liposomes qui sont si petits qu’ils ne peuvent être vus qu’avec un microscope électronique.

Les liposomes utilisés dans la Vitamine C liposomale mesurent environ 0,3 à 0,4 micromètre de diamètre (un micromètre est un millionième de mètre) et sont donc particulièrement adaptés pour bouger rapidement et efficacement jusqu’à leur cible avant d’y libérer leur contenu.

Les microsphères liposomales “intelligentes”: La protection et la parfaite délivrance de vitamine C.

Ces liposomes remplis de vitamine C, grâce à leur taille, offrent le parfait système de transport. Ils …
• Se dispersent dans l’eau ou la boisson
• Naviguent rapidement à travers le système digestif
• Ne nécessitent pas d’activité digestive avant la prise
• Sont absorbés rapidement dans le petit intestin et sont transportés intactes à travers le réseau sanguin jusqu’aux cellules qui en ont besoin
• Libèrent la puissante vitamine C, non dégradée, pour une utilisation à travers le corps tandis que le matériel liposomal est métabolisé par les cellules nécessitant réparation
• Font tout cela sans liant, sans amalgamant, ni gélatines, ni enveloppe de pilule, ni colorant, ni produit sucrant ou arômes, communs avec les tablettes et pilules de suppléments

D’un autre côté, la forme traditionnelle de vitamine C, en comprimé ou pilule, est sujette à tous un ensemble de facteurs qui l’oxydent, la neutralise, la diminue, et même la libère avant qu’elle arrive aux cellules qui en ont besoin.

La phosphatidylcholine – Pourquoi est-elle appelée la « molécule miracle »

Les phosphatidylcholines (plus connues sous le nom de lécithines) forment une classe de phospholipides appelés « phospholipides essentiels ». Bien que la structure soit un peu similaire aux autres phospholipides, il y a des différences qui ont de profonds effets sur la santé et le bien-être de notre corps.

Les caractéristiques physiques les plus distinguables entre les simples phospholipides et les phosphatidylcholines sont leur tête en choline et la chaîne d’acides gras polyinsaturés qui constitue leur queue.

Les puissants bienfaits pour la santé des acides gras essentiels.

Les acides gras essentiels (EFAs) sont des graisses nécessaires que les humains ne peuvent pas synthétiser. Il y a deux familles d’EFAs : Oméga 3 et Oméga 6. Sans devenir trop technique, la différence chimique entre Oméga 3 et 6 est déterminée par la position du premier lien carbone double en comptant de la fin de la chaîne. Ces acides gras ne peuvent pas être fabriqués par le corps et doivent donc être inclus dans la nourriture.

Quelques uns des bienfaits des Acides Gras Essentiels (EFAs) :
• Les EFAs supportent les systèmes cardiovasculaire, reproductif, immunitaire, et nerveux.*
• Les EFAs sont nécessaires pour fabriquer et réparer les membranes cellulaires. Cela permet à vos cellules d’obtenir une nutrition optimale et d’évacuer les produits et déchets toxiques.*
• Les EFAs produisent des prostaglandines, qui supportent les fonctions du corps telles que les battements du cœur, la pression sanguine, la coagulation sanguine, la reproduction, et jouent un rôle dans la fonction immunitaire en aidant le système immunitaire.*
• Les EFAs sont aussi nécessaires pour le développement des neurones et la maturation des systèmes sensitifs.*
• Les Omégas-3 sont utilisés dans la formation des membranes des cellules, les rendant souples et flexibles, et aidant la circulation et l’absorption de l’oxygène dans les conditions normales de fonctionnement des globules rouges.*
• Les Omégas-3 supportent le système neurologique, nerveux, circulatoire, cardiovasculaire et les systèmes endocriniens.*

L’importance vitale de la choline
Bien que les humains synthétisent de petites quantités de choline, le corps n’en fabrique pas une quantité suffisante pour ses besoins. La plupart de la choline présente dans le corps est située dans les phosphatidylcholines. La choline et les composés qui en sont dérivés servent à de nombreuses fonctions vitales.*
• La choline est utilisée dans la synthèse de tous les composants structurels des membranes cellulaires.*
• Les phospholipides contenant de la choline, les phosphatidylcholines et sphingomyélines sont des précurseurs pour les molécules messagères intracellulaires diacylglycérole et céramide.*
• La choline est utilisée pour les molécules de signalisation des cellules, le facteur d’activation plaquettaire (ou PAF) et la sphingophosphorylcholine.*
• La choline est un précurseur pour un neurotransmetteur important, impliqué dans le contrôle des muscles, de la mémoire et de beaucoup d’autres fonctions.*

Quelques uns parmi les nombreux effets d’amélioration de la santé des micro-sphères liposomiques “intelligentes” …

Votre sang, foie, cœur, et autres organes, glandes et cellules de tout votre corps ont besoin et sont en manque de la vitamine C et des phosphatidylcholines présents dans les micro-sphères liposomiques “intelligentes”…

Les liposomes utilisés pour la vitamine C liposomale sont faits à partir de phospholipides extraits de lécithine de soja et nécessaires pour la vie. En fait, chacune des trillions de cellules de votre corps se désintégrerait s’il n’y avait pas de phospholipides. C’est le matériel dont toutes les membranes cellulaires sont faites.

La classe de phospholipides – les phosphatidylcholines – que nous utilisons sont appelés « phospholipides essentiels » à cause des besoins du corps et du fait qu’il ne peut pas les fabriquer.

Depuis presque 40 ans, les chercheurs ont étudié et fait des rapports sur les vastes bienfaits pour la vie et la santé des phospholipides « essentiels » – ou plus précisément – phosphatidylcholines poly-insaturés (PC). L’étendue de ces bienfaits est bien plus vaste que ce que peut être dit ici à cause du manque de place, mais il y a des milliers d’études publiées qui démontrent que les phospholipides « essentiels », parmi de nombreuses autres choses, peuvent aider :
• A améliorer et protéger les membranes cellulaires dans le sang, les vaisseaux sanguins, le foie, le cœur, les poumons, le pancréas, le cerveau et plus*
• Transporter les graisses consommées à travers le sang vers les tissus qui en ont besoin.*
• Favoriser la circulation et le flux sanguin*
• Favoriser le fonctionnement du foie et des reins*
• Favoriser le fonctionnement du pancréas*
• Favoriser le fonctionnement du cœur*
• Augmenter l’immunité*
• Favoriser le fonctionnement de la mémoire*
• Favoriser la libido et les fonctions sexuelles *

Facteurs décisifs: la vitamine C liposomale fournie le meilleur de la vitamine C et des phosphatidylcholines. En plus, aucun autre système de délivrance peut apporter autant de vitamine C bio-disponible et non dégradée à votre corps – rien n’en est même proche !

La vitamine C liposomale a été appelée la « Vitamine C surgonflée ! » Voila pourquoi …

La vitamine C liposomale a été appelée la « Vitamine C surgonflée ! » C’est parce qu’elle utilise la meilleure technologie d’encapsulation liposomale. LET permet aux nano-sphères de la Vitamine C Liposomique de :
• naviguer rapidement à travers le système digestif
• ne pas nécessiter d’activité digestive avant la prise
• d’être absorbée rapidement dans le petit intestin et d’être transportée intacte à travers le réseau sanguin jusqu’aux cellules qui en ont besoin
• fournir une assimilation et une biodisponibilité maximales car il n’y a …

PAS de liants
PAS de gélatines ni de soja
PAS de matériel de pilule ou comprimé
PAS de colorants
PAS d’édulcorants
PAS d’aromes communément utilisés dans les suppléments en pilules et comprimés

La vitamine C et les phospholipides encapsuleurs ne sont autres que purs, améliorant la santé, 100% nourrissants. En plus, les liposomes « phospholipides essentiels » protègent la vitamine C de différents facteurs qui peuvent la dégrader et même la rendre inefficace.

Facteurs qui peuvent réduire ou détruire l’efficacité des comprimés de vitamine C avant même que votre corps ne puisse l’utiliser …

En commençant avec l’étape de fabrication, plusieurs additifs et procédés peuvent limiter la digestibilité et la biodisponibilité de la vitamine C. Souvent le produit est tamponné (pour être moins dur sur l’estomac), a des agglomérants et des produits de remplissage de façon à tenir le tout ensemble plus longtemps, et c’est souvent « cuit » ou « estérifié » pour en étendre la durée de conservation.
Une fois dans la bouteille, les radicaux libres de l’air peuvent oxyder votre vitamine C. Plus longtemps elle y est, le plus elle s’oxyde.
Quand les enzymes de votre salive, les sucs gastriques et digestifs dans votre estomac, peuvent encore plus dégrader la vitamine C avant qu’elle ne soit absorbée dans votre petit intestin.
En plus, si vous prenez plus de 2 ou 3 grammes de vitamine C traditionnelle, l’acide ascorbique peut causer des dérangements gastriques dans vos intestins – gaz, crampes et diarrhée. Souvent la vitamine C se trouvera éliminée par vos selles accélérées.
Les microsphères liposomales « intelligentes » évitent dégradations et inconforts associés aux formes de vitamine C traditionnelles.

Comment les micro-sphères liposomiques « intelligentes » délivrent plus de vitamine C bio-disponible dans votre système…

Premièrement, chaque dose unique de Vitamine C liposomale est emballée dans son propre sachet – protégée des éléments qui pourraient dégrader le supplément avant que vous ne l’utilisiez.
Deuxièmement, les liposomes sub-microscopiques entourant la vitamine C sont virtuellement insensibles aux substances présentes dans votre système digestif.
Troisièmement, ces microsphères liposomales protègent votre conduit gastro-intestinal – donc pas de dérangement gastrique ni diarrhées et évacuations précipitées
Et enfin, ces liposomes vont rapidement vers le flux sanguin et circulent à travers le corps et sont « attrapés » par les cellules endommagées qui ont besoin des phosphatidylcholines et de la vitamine C.

Nous croyons que les humains fabriquaient toute la vitamine C dont ils avaient besoin. Le fait est que nous avons tous les gênes nécessaires pour produire la substance appelée L-gulonolactone oxidase (GLO). GLO est le seul composent manquant pour que le foie humain puisse fabriquer la vitamine C. Malheureusement, nous avons presque tous un défaut dans ce gêne qui nous empêche de produire du GLO et nous empêche ainsi de synthétiser de la vitamine C.

Les micro-sphères liposomales « intelligentes » délivrent la vitamine C non dégradée dont vous avez besoin, sous une forme qui est rapidement distribuée et facilement assimilable par les cellules qui en ont le plus besoin dans votre corps.

Vitamine C Liposomique – FAQ – Questions et Réponses

Q: Est-ce que la supplémentation en vitamine C peut amener le développement de calcules rénaux ?
R: Bien que certains ont joint théoriquement le développement de calcules rénaux avec la prise de vitamine C, les recherches contredisent cette hypothèse. La théorie est basée sur deux observations non liées :

1) Une portion de la vitamine C ingérée produit de l’oxalate ou acide oxalique
2) Les individus ayant un taux d’oxalate élevé dans leur urine peuvent avoir un plus grand risque de développer des calcules rénaux

Une recherche étendue, toutefois, a montré « qu’une personne en bonne santé qui évite la déshydratation et ingère de très grandes quantités de vitamine C, n’a pas besoin d’avoir des inquiétudes concernant les calcules rénaux. » *1
En 1999, deux études conduites à Harvard ont montré que la vitamine C n’est pas un facteur dans le développement des calcules rénaux chez les adultes en bonne santé. Curhan et al. (1999) ont suivi 85,557 femmes durant 14 ans et n’ont trouvé aucune association statistique entre la vitamine C et les risques de développer des calcules rénaux.*2
Une étude précédente sur 45,251 hommes en bonne santé sans antécédents de calcules rénaux, est arrivée à la même conclusion, avec des dosages plus petits allant de 250 mg à 1,500 mg de vitamine C par jour.*3

Références :

*1. LevyMD, Thomas. (2002) Curing the Incurable 375-376
*2. Curhan, G., W. Willett, F. Speizer and M. Stampfer (1999) Intake of vitamins B6 and C and the risk of kidney stones in women. Journal of the American Society of Nephrology 10(4):840-845.
*3. Curhan, G., W. Willett, E. Rimm, and M. Stampfer. (1996) A prospective study of the intake of vitamins C and B6, and the risk of kidney stones in men. Journal of Urology 155(6):1847-1851.

Retour haut de page