AUCUNE MORT CAUSÉE PAR LES VITAMINES. Rien !

Cet article peut être réimprimé gratuitement à condition 1) qu’il y ait une attribution claire au service de nouvelles de médecine orthomoléculaire, et 2) que le lien d’abonnement gratuit OMNS http://orthomolecular.org/subscribe.html et le lien d’archive OMNS http://orthomolecular.org/resources/omns/index.shtml sont inclus.

Orthomolecular Medicine News Service, Dec 16, 2019

AUCUNE MORT CAUSÉE PAR LES VITAMINES. Rien.
Inocuité des Suppléments confirmée par la plus grande base de données américaine.

par Andrew W. Saul, rédacteur (version PDF française originale ici)

(OMNS 16 décembre 2019) Le 36e rapport annuel de l’Association américaine des centres antipoison (AAPCC) montre qu’aucune vitamine n’est responsable de décès.

Les données justificatives se trouvent dans le tableau 22B, p 1412-1413, tout à la fin du rapport publié dans Clinical Toxicology.[1] Il est intéressant de constater qu’il est placé si discrètement à la fin, là où un journaliste n’est plus susceptible de l’apercevoir immédiatement.

Mais attendez, il y a mieux :

  • Le rapport de l’AAPCC ne fait état d’aucun décès dû à un quelconque complément minéral alimentaire.
  • Il n’y a pas eu de décès dus aux acides aminés, à la créatine, aux algues bleues, à la glucosamine ou à la chondroïtine.
  • Il n’y a eu aucun décès dû aux herbes. Cela signifie qu’il n’y a eu aucun décès du tout dû à l’actée à grappes bleues, l’échinacée, le ginkgo biloba, le ginseng, le kava kava, le millepertuis, la valériane, le yohimbe, le ma huang/éphèdre, le guarana, la noix de kola ou le yerba mate.
  • Et il n’y a pas eu de décès dus aux boissons énergisantes. Bien que l’Orthomolecular Medicine News Service considère qu’un certain nombre de ces produits sont classés à tort comme des compléments alimentaires, l’AAPCC précise néanmoins qu’ils ne causent aucun décès.
  • Aucun décès n’a été causé par un remède homéopathique, la médecine asiatique, la médecine hispanique ou la médecine ayurvédique. Aucun décès.

À la page 1407, un seul décès est attribué à une « médecine culturelle inconnue » et cinq décès auraient été causés par des « suppléments alimentaires ou agents homéopathiques inconnus ». L’incertitude évidente de ces listes diminue toute prétention à de la validité. Quelque chose a causé ces six décès, mais les enquêteurs n’ont tout simplement aucune idée de ce que c’était. Ils accusent donc un supplément ou un remède naturel. C’est un peu comme si un inspecteur de la criminelle disait à un juge que les meurtres ont été commis par un homme, une femme ou un animal, en utilisant peut-être un couteau, un pistolet ou des griffes. Peu de magistrats émettraient des jugements en conséquence.

Tout au long de l’année, d’une côte à l’autre des États-Unis, il n’y a pas eu un seul décès causé par une vitamine, un minéral ou tout autre supplément nutritionnel. Si les suppléments sont prétendument si « dangereux », comme le prétendent la FDA (Food and Drug Afministration), les médias et même certains médecins, alors où se trouvent les corps ?

Andrew W. Saul est le rédacteur en chef du Orthomolecular Medicine News Service, qui en est à sa 15e année de publication gratuite. Il est également membre du Collège japonais de thérapie intraveineuse, il fait partie du Hall des Célébrité de la médecine orthomoléculaire, et est auteur ou co-auteur de douze livres. Il n’a aucun lien financier avec l’industrie des suppléments ou des produits de santé).

Bibliographie :

Gummin DD, Mowry JB, Spyker DA et al. 2018 Annual Report of the American Association of Poison Control Centers’ National Poison Data System (NPDS): 36th Annual Report. Clinical Toxicology 2019, 57:12, 1220-1413.

PMID: 31752545 DOI: 10.1080/15563650.2019.1677022

https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15563650.2019.1677022

ou https://www.tandfonline.com/toc/ictx20/57/12?nav=tocList

Retour haut de page